“Je veux me mettre au running”

Souvent, en début d’année (période des bonnes résolutions) ou au début du printemps (début des beaux jours), je reçois des questions sur Tumblr d’internautes qui veulent se mettre au running (apparemment le nouveau mot pour dire “course à pied”).

Problème : oui, j’ai un blog fitness, mais non, je ne suis pas fan de course à pied. Faire un peu de jogging en mode ‘décrassage’ ou échauffement, ok, à la rigueur un 5 km à fond, ok, mais pas plus. Tout simplement parce que je n’aime pas ça. Je privilégie d’autres activités d’endurance (cours de cycling) et d’autres types d’entraînements (interval training, circuits, musculation).

De plus, je tends plutôt à être d’accord avec la théorie selon laquelle nous ne sommes pas vraiment faits pour la course à pied sur de longues distances (voir cet article : Sommes-nous faits pour la course à pieds ?), mais plutôt pour la marche et le sprint.

Je suis donc toujours partagée en répondant à ces personnes : d’un côté, je ne veux pas les décourager, car elles sont pétries de bonnes intentions pour changer. D’un autre côté, je ne me vois pas conseiller le running comme LA solution pour quelqu’un de débutant qui veut se re-mettre au sport (et continuer à pratiquer sans laisser tomber au bout de 2-3 semaines…)

Les gens qui se disent “runners”

Je ne veux pas non plus descendre en flèche la course à pied : il y a beaucoup plus de blogueuses ‘course à pied’ que ‘fitness’, et je me ferais vilipender ! Mais en généralisant, je distingue 3 grandes catégories de ‘runners’, dont seule la première est vraiment ‘faite’ pour la course à pied :

■ Première catégorie : les gens qui aiment réellement courir sur de longues distances.
Ces gens ont en général par nature une corpulence légère. Ils ne sont pas minces parce qu’ils aiment faire de la course à pied : ils aiment faire de la course à pied parce qu’ils sont minces et ont un squelette léger. Ils sont abonnées à des magazines de running, ils s’informent sur les équipements, savent quel type de pieds ils ont, s’achètent des chaussures techniques, modulent leur entraînements : bref, ils savent ce qu’ils font et pourquoi.

■ Deuxième catégorie : les gens qui veulent se considérer comme des ‘runners’.
Ils n’ont pas le morphotype idéal pour courir, mais se disent absolument fans de running. Le plus grand plaisir qu’ils en tirent est de pouvoir poster sur Facebook qu’ils ont couru. Ils aiment s’inscrire à des courses pour se lancer des défis et veulent sans cesse se prouver quelque chose à eux-mêmes (et mettre encore plus d’updates sur Facebook). En général, ils ont souvent un pet de travers ou une blessure ancienne ou nouvelle dont ils aiment vous parler, ainsi que des rendez-vous réguliers chez le kiné.

■ Troisième catégorie : les gens qui savent qu’ils n’aiment pas courir mais qui se forcent.
Ces personnes savent pertinemment qu’elles détestent courir, mais considèrent le jogging comme le sport le plus simple, le plus accessible, et le moins cher. En fait, il faut bien compter 40 euro pour une bonne brassière et 100 euro pour une bonne paire de baskets, mais elles s’entêtent à courir avec un soutien-gorge et des baskets premiers prix. Courir leur fait légèrement mal aux genoux ou aux hanches, mais elles pensent que c’est la meilleure façon de mincir un peu, même si cela leur ouvre aussi l’appétit.

Pour conclure

■ Si vous aimez réellement le running, super, vous êtes un petit chanceux ! Pourriez-vous cependant mettre un peu moins d’updates sur Facebook ? Si vous aimez réellement courir, pourquoi devoir prouver à tous vos amis que réellement, vous courrez ?
■ Si vous n’aimez pas le running, ne vous forcez pas à tout prix à en faire et trouvez une autre activité qui vous plait réellement.

Quelques liens intéressants si vous lisez l’anglais

■ How chronic cardio can make you gain weight
■ Why running sucks even more than you think

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. nymphee a écrit

    je te rejoins totalement ! se forcer à courir est aberrant
    il y a des tas d’autres activités qui peuvent plaire donc il ne faut pas s’entêter
    autant se faire plaisir avec un sport qui nous plait

  2. Hillswick a écrit

    Pour ma part, je me suis mise à la course à pieds parce que je voulais pouvoir faire du sport n’importe où et n’importe quand.
    Le souci des salles de sport, c’est qu’il y a des heures à respecter et avec mon mode de vie, c’est loin d’être évident !
    J’ai voulu aussi faire du sport dehors parce que ça renforce mon système immunitaire. J’ai fait du kayak quelques années mais de nouveau, pas toujours facile de trouver un club près de chez soi.
    Finalement, je me suis retrouvée à l’unif et je n’avais pas énormément de temps à moi alors, je me suis mise à la course à pieds non pas pour l’exploit sportif mais pour faire du sport tout en papotant avec mes amis.
    Bref, autant de raison qui m’ont forcées à courir !
    Maintenant, je viens de terminer l’unif et je ne connais pas grand monde là où j’habite et je vais clairement moins courir … Comme si ma seule raison de courir était de papoter avec mes amis :P

  3. laetitia.v a écrit

    salut,
    je viens de découvrir ton blog, et j’adore!!
    Perso, je pense que je suis une runneuse niveau dédutant-comfirmé mais c’est cool. La course à pied est vraiment très présente dans ma famille, C’est simple on doit être …60 adultes, 30 mecs, bin y’en a 28 qui cours depuis toujours et moi :-)

  4. a écrit

    Et quand on est de la 1ère catégorie mais sans la morphologie? :D
    J’adore courir, et je me sens mal si je n’y vais pas, c’est un vrai drogue pour moi. Et non, je ne souffre pas pendant mes entrainements. Mais, courir nécessite de grande précautions: bon équipements (souvent pas donné) et être très à l’écoute de son corps… Et ne surtout pas se forcer si on aime pas ça, c’est impossible de tenir sur la durée si on a pas un minimum de motivation!
    P.S: j’inonde mon instagram de mes sorties, pour la communauté susceptible de s’y intéresser, mais j’épargne mes amis facebook :p

  5. Laura a écrit

    On ressent clairement ce petit côté méprisant dans ton article et c’est bien dommage, comme une petite pointe de jalousie ou de remords refoulés de ne pas pratiquer et maîtriser les conditions physique et mentale nécessaire à pratique de la course à pied.
    Enfait quand on clique sur le lien de ton article on ne s’attend pas du tout à une tel critique de ce sport intense dont les pratiquants se retrouvent vulgairement divisés en trois catégories…
    Effectivement il faut de la motivation et énormément de surpassement pour acquérir une excellente endurance et ca évidement ce n’est pas donné à tout le monde et effectivement le pratiquant peut ressentir beaucoup de fierté à accomplir ses objectifs donc un besoin de les afficher sur des réseaux sociaux pour les partager avec des personne qui se sentiront un peu intéressé,comme les « run addicts » ou les petits jaloux par expemple.

    • a écrit

      Salut Laura, à mon sens je ne critique pas du tout les runneurs bien informés dans cet article. Au contraire, j’écris « ils savent ce qu’ils font et pourquoi. » Cet article est avant tout une mise en garde pour les gens qui croient que le running est le sport le plus accessible alors qu’en fait non, ces gens finissent par se blesser et faire n’importe quoi.

  6. Lili a écrit

    Hihihi j’ai tellement reconnu une amie qui est « fan » de course, mais qui se fait mal sans arrêt parce qu’elle tire trop sur la corde…
    Perso, je cours parce que je peux le faire facilement, entre midi et 2 au boulot, et parce que je sais que ça me fait du bien. J’ai des baskets qui m’ont coûté un bras, une bonne brassière, et effectivement, ce n’est pas donné. Mais bon… quand je cours mes 10km, j’ai la satisfaction du devoir accompli. J’ai été accro, jusqu’à un bobo. Maintenant je m’écoute. C’est ça le plus important: s’écouter :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *