Faire pipi durant le sport = pas normal

Ce post est une réaction à une vidéo américaine que j’ai trouvée particulièrement idiote. Elle provient de l’organisation CrossFit. J’avais testé CrossFit à Lyon et j’avais beaucoup aimé. Je pense aussi que la grande majorité des profs et des pratiquants de CrossFit pratiquent leur sport avec beaucoup de bon sens. L’objectif principal de la pratique du CrossFit reste très clair : améliorer sa condition physique générale en repoussant ses limites, mais sans se blesser.

Mais comme d’habitude, les américains ont tendance à tout exagérer. En voici un exemple assez aberrant.

L’entreprise CrossFit organise des compétitions de CrossFit qui font s’affronter les meilleurs athlètes. Ils postent des vidéos des compétitions, font des interviews etc. Jusque là tout va bien. Mais après avoir posté la vidéo suivante sur leur chaîne Youtube, ils ont reçu pas mal de réactions atterrées :

Des sportives CrossFit qui disent faire de l’incontinence urinaire durant l’effort et qui en plus en sont fières. Elles déclarent même « Maybe we’re just going harder than everyone else » : « Peut-être c’est parce que nous on s’entraîne plus dur que les autres »! Une des interviewée (qui se dit gynécologue) déclare qu’il est tout à fait normal d’avoir des pertes d’urine durant l’effort intensif.

D’une certaine façon, l’incontinence urinaire d’effort n’est pas complètement anormale : d’après le livre La Femme Sportive, « 22% à 38% des femmes nullipares (qui n’ont jamais accouché) présentent une incontinence pendant les exercices sportifs ». Mais de là à l’accepter, sans même essayer de comprendre la cause du problème, et de considérer cela comme une sorte de badge d’honneur, « preuve que les entraînements sont vraiment intensifs », je trouve ça pas très malin.

Plancher pelvienJe ne sais pas vous, mais moi si j’avais des fuites urinaires durant une séance, j’arrêterais illico et j’irais me documenter sur les meilleurs exercices pour muscler le plancher pelvien !

Comme je n’ai jamais accouché, je ne peux pas vraiment juger de la problématique pour les femmes qui ont eu des enfants. Mais pour celles qui n’en ont pas encore eu, être assez musclée « intérieurement » pour ne pas se faire pipi dessus me semble être assez basique et beaucoup plus important qu’être musclée « extérieurement ».

D’un autre côté, pour relativiser les choses, les américaines et les anglaises hallucinent quand on leur dit qu’en France 10 séances de rééducation périnéale après l’accouchement sont remboursées par la sécurité sociale. (Voir des articles comme Post natal care in France ou France postnatal care sexual health. Dans leurs pays, aucune rééducation n’est prévue et rien n’est remboursé. Mais c’est un autre débat…)

Je termine par un lien vers un article sur les fuites urinaires chez les sportives qui liste les sports à haut risque : www.sportsante.info/article/sportives-evitez-les-fuites-urinaires

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. a écrit

    C’est aberrant effectivement, c’est clairement un signe qui doit alarmer, particulièrement les femmes qui ont déjà eu des enfants. L’exercice avec lequel on s’en rend le plus compte est le jump rope. Mais dans le crossfit il y a aussi un mouvement très très mauvais pour le périnée : les sit-up.

    Elles rigolent maintenant, mais elles seront moins fières à un âge avancé quand leurs organes internes passeront « sous le plancher » (désolée pour les âmes sensibles) ou qu’elles auront des fuites régulières même sans effort.

    Je ne suis pas pour la rééducation périnéale systématique si on n’en a pas besoin, mais quand il y a des signes, c’est évident.

    • a écrit

      Cela m’a fait rechercher le mot « prolapsus » sur Google : effectivement, âmes sensibles s’abstenir ! Je suis d’accord au niveau de la rééducation périnéale : je n’ai jamais accouché, donc je ne me sens pas super légitime pour exprimer mon opinion sur le sujet, mais 10 séances systématiques et remboursées par la sécurité sociale, ca fait beaucoup. Je pense que c’est aussi aux femmes de s’informer sur le sujet et d’apprendre à faire les exercices de rééducation aussi toutes seules.

    • a écrit

      Oui mais notre périnée peut être endommagé sans qu’on s’en rende compte. J’ai accouché il y a 6 mois, je n’avais aucune fuite, pas de problème particulier suite à l’accouchement ni au cours de la grossesse. Je me suis dit que j’aurais peut être même pas besoin de rééducation. En plus on dit que plus le bébé est gros plus il fait de dégâts. De ce côté-là, 2,275kg c’était un poids plus.
      1er rdv chez la sage-femme: test et bilan le bébé a sacrément appuyé sur le périnée.
      Au final, j’ai fait mes 10 séances (rééducation manuelle, je recommande fortement) et j’ai un périnée en pleine forme!
      Tout ça pour dire que le gynéco prescrit 10 séances mais c’est la sage-femme qui voit au fur et à mesure.
      Pas de problèmes d’incontinence sur le moment ne veut pas dire qu’il n’y a pas de dégâts, bien au contraire.
      Par contre pas de sport jusqu’à la fin de la rééducation à part les exercices du périnée quotidien.
      En général on a pas conscience des muscles à cet endroit-là jusqu’au moment où on nous demande des exercices spécifiques et très imagés!

  2. mhelene a écrit

    Tu as raison (parole d’ex kinée) Elise quand tu dis qu’il n’est pas normal d’avoir des fuites lors d’exercices sportifs type crossfit, surtout si l’on est jeune, en bonne santé et sans grossesse répétée et accouchement traumatisant pour le périnée ! La rééducation post natale du périnée n’est pas systématique si la jeune femme se remet physiquement et musculairement bien de son accouchement, par elle même.

    Les américains se font un point d’honneur à aller toujours plus loin dans l’excès sportif quitte à en payer les conséquences ici donc… Les fuites urinaires !!!! Mais comme ils ont le sens du commerce, ils vont sans doute lancer « pour les sportives » des protections urinaires (obligatoires au cas où …) et autres couches, en concurrence avec celles déjà commercialisées en gériatrie !!!!!

  3. Roxane a écrit

    Alors là je ne sais pas où ils sont allés chercher le sujet de l’émission! Je suis bien d’accord avec les réactions dans les commentaires, au delà de l’apparence physique, si l’intérieur ne va pas bien d’abord ça me semble hallucinant de ne pas prioriser et faire des exercices de rééducation avant de commencer à se façonner une silhouette.
    Je pense que les américains sont trop dans l’extrême et dans la performance. Il faut absolument montrer qu’on pousse jusqu’au bout et qu’on donne tout, alors oui j’imagine que ça peut arriver parfois, mais de là à faire une émission dessus et à dire que c’est bien car c’est un signe d’effort, je ne suis pas d’accord du tout.

    • a écrit

      En même temps, c’est justement ce que j’aime bien chez les américains en matière de fitness : ils sont beaucoup moins « chochottes » que les français. Mais c’est clair que dans cette vidéo là, ces filles avec des conditions physiques d’athlètes pro ne sont au fond pas très malignes et ne connaissent pas bien leur corps. De plus, tout cela est assez contraire à la philosophie CrossFit, pour qui l’objectif premier des entraînements doit être d’obtenir un corps fonctionnel.

  4. a écrit


    J’ai eu un bébé, j’ai fait mes séances de rééducations périnéales et là je suis tombée de haut quand ma sage femme m’a déconseillé de faire des abdos relevés de buste quand on est pas déjà super musclé.

    Et oui c’est très logique, pour préserver son périnée il ne faut tout simplement pas pousser dessus. Or toute la journée on pousse dessus: rires aux éclats, toux, constipation, porter des choses lourdes, c’est d’ailleurs pour ça que tout le long de la vie d’une femme il est nécessaire de penser chaque jour à contracter la zone périnéale (en la remontant vers le haut, je sais pas si je suis claire) dès qu’on fait le moindre effort.

    le périnée est un muscle qui se détend par la force des choses, à force de pousser dessus et après plusieurs grossesse (même si on accouche par césarienne, il est nécessaire de faire sa réeduc car le périnée a porté le poids du bébé durant la grossesse), mais aussi à cause de gymnastique faite « à l’envers » on se retrouve avec énormément de femme qui ont des fuites urinaires et des descentes d’organes à 50 ans !!

    C’est simple dès que l’on court, fait de la corde à sauté et compagnie il faut contracter son périnée…

    Les hommes eux font des hernies inguinales à la place.

  5. a écrit

    Et pour répondre à MyHomeBootcamp sur les séances de réeducation du périnée :

    Perso je pense qu’elles devraient être obligatoires ou du moins qu’on apprenne aux femmes à travailler les muscles du périnée elles même correctement par exemple lors des séance de préparation à l’accouchement.
    Ma mère n’a jamais eu de signe évidents et pourtant à 50 ans on lui a posé une plaque car elle faisait de l’incontinence urinaire… Le périnée est un muscle qui porte énormément de poids, c’est juste abbérant de l’oublier à ce point là.

  6. Skanda a écrit

    Ces derniers jours je suis obligée de ralentir les grosses séances de force (5 fois/semaine depuis 6 mois) souvent suivies de séances de crossfit. Je me calais sur le rythme de mon copain en muscu pour progresser et apprendre. Mais depuis quelques jours je sens que je ne contrôle plus totalement mon périnée (pour info, je n’ai jamais accouché) et ça me fais très peur ! C’est comme ça que je suis tombée sur ton article et que j’ai décidée de ralentir les séances pour mon bien-être. J’essaie de contracter et engager le périnée lors des mouvements intenses mais ce n’est pas toujours évident. Et en voulant chercher plus d’infos sur le sujet je suis (encore :p) tombée sur ton blog. Merci d’en parler… C’est vraiment quelque chose d’important et qui devrait être enseigné aussi aux coachs sportifs pour gérer le public féminin. J’ai donc décidé d’en parler autour de moi pendant les séances car c’est vraiment une base. J’avais d’ailleurs une prof de danse classique qui insistait beaucoup là dessus et je comprends mieux pourquoi maintenant ;)

  7. a écrit

    Salut, c’est top que tu en parles car je n’avais pas trouvé d’article sur le sujet avant le tien. Les femmes sont mal renseignées sur les pratiques sportives lorsque l’on a accouché, ou même sur les exercices qui fragilisent notre périnée voire notre utérus. On pense toujours à l’extérieur de notre corps mais rarement à l’intérieur, et il faudrait qu’on démocratise ce genre d’article et qu’il n’y ait plus de tabou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *