J’ai testé : le potager de balcon

Inspirée par un article “éco-bobo-chic” que j’avais lu dans un magazine, j’ai voulu me créer un petit potager vertical dans un coin de balcon :

Un coin de balcon vide Mise en place d'une grille en bois pour accrocher les pots Et voici mon potager de balcon vertical !

Les pots sont accrochés sur une grille en bois, elle-même accrochée au pan du balcon. Pour le moment, pas de tornade ni de tempête ; tout tient toujours très bien.

J’avais trouvé l’idée de ce micro-potager vertical dans un magazine italien durant mes dernières vacances. Les italiens qui ont une maison avec un petit jardin y cultivent généralement quelques légumes. Chaque petit jardin contient au moins quelques plants de tomates (comme leur pays est plus ensoleillé, cela rend certainement les choses plus faciles). L’article en question donnait pas mal de conseils pour cultiver des légumes sans jardin et en ville sur un coin de balcon.

Selon l’article, les légumes les plus faciles à cultiver sur un balcon sont les suivants :

Tips from the Italian magazine

Certaines détails sont aussi bons à savoir pour se créer un micro-jardin en ville. Ils peuvent paraître basiques et évidents pour les pros du jardinage, mais sont très utiles pour les gens qui n’ont pas la main verte :

• Les pots n’ont pas besoin d’être immenses, mais la profondeur des pots est importante pour les grands plants de style tomates. Ils conseillent 30 à 50 cm de profondeur.

• Au niveau de l’orientation, il vaut mieux privilégier un balcon orienté sud ou sud-ouest. Si le balcon est orienté plein sud, il vaut mieux avoir un store de terrasse pour éviter que les plantes ne prennent un coup de chaleur en plein soleil.

• Quand on arrose, il vaut mieux verser l’eau sur les bords du pot et non directement sur les racines. On n’arrose pas avec de l’eau froide du robinet, mais avec de l’eau à température ambiante. Pour cela, on remplit un arrosoir qu’on laisse sur le balcon près des plantes toute la journée. On arrose le soir avec cette eau.

• Il est bon de rajouter un peu de sable à la terre (environ 10%) quand on plante des pots de légumes. Cela permet un meilleur drainage. (Pour ma part, je n’ai pas mis de sable mais j’ai mis des petites billes d’argile drainantes au fond des pots pour que les racines ne pourrissent pas).

• Au niveau de la pollution urbaine, plus vous habitez haut, moins les particules sont susceptibles de se retrouver sur les légumes. Pour les gens qui habitent au rez-de-chaussée, il faut bien rincer les légumes avant de les manger, mais ils sont tout à fait mangeables. (Je pense que les italiens doivent savoir de quoi ils parlent vu la pollution à Milan !)

De retour de vacances, direction Jardiland, et achats de plantes en tout genre :

Plantes aromatiques

Du romarin, deux types de thym, de la sauge.

Plantes aromatiques

De la menthe et du persil.

Des légumes et des fruits dans des gros pots

Poivron, tomates-cerises et fraises.

Mon potager au soleil

Une fois le potager mis en place, la question du jour était “quelle plante mourra-t-elle la première ?”. Mais pour le moment, toutes les plantes tiennent bien le coup.

J’ai mangé quelques mini-poivrons, et c’est très pratique d’avoir des plantes aromatiques fraîches sous la main.

Par contre au niveau économies, le potager de balcon n’est pas du tout un bon plan : il faut acheter des pots, de la terre, des plantes… Cela coûte une petite fortune, et vos pauvres mini-récoltes ne rembourseront jamais ce montant, même en comparant avec les prix des plantes aromatiques toutes prêtes vendues en supermarché !

Mais c’est toujours agréable d’avoir un peu de verdure (mangeable qui plus est). Je conseille donc le potager de balcon si vous en avez la possibilité (ou appeler le “micro-jardin vertical” pour faire éco-bobo-chic) !

Update !

tomatoesVoici comment le potager s’est développé : la sauge est morte en premier (trop de soleil peut-être ?), mais les petites pousses de chou que j’avais plantées sont devenues gigantesques ! Je vous recommande les tomates, le persil et le basilic. S’ils sont placés au soleil, ils sont facile d’entretien et produisent assez de feuilles ou de petites tomates pour utiliser en cuisine.
 
 

My vertical garden balcony veggie garden growing veggie garden growing and growing
Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. Roxane a écrit

    Super idée! J’en avais entendu parler aussi mais je n’avais jamais osé tenter l’expérience (bon et puis maintenant je n’ai plus de balcon) mais je trouve que tu t’en es super bien sortie! C’est vraiment sympa, ne serait-ce qu’au niveau déco, ça amène un peu de verdure à un appartement. J’aime beaucoup! Et puis tu appréciera vite d’avoir des herbes fraiches sous la main lorsque tu prépare à manger. Chez moi j’ai un pot de basilic sur la table du salon et c’est super agréable quand une envie de tomate-basislic-mozza se fait sentir :) Je trouve ça extrêmement gratifiant en plus, tu peux te dire “c’est moi qui l’ai fait”!
    Top top ta réalisation, j’espère que tes plantes vont s’y plaire!

    • a écrit

      Merci Roxane ! Oui effectivement au niveau ambiance pour le balcon, c’est très sympa : ça tient un peu compagnie comme les animaux, il faut s’en occuper, les arroser, mais l’avantage c’est qu’elles sont silencieuses et sans poils !

  2. a écrit

    Moi j’ai tenté de planté quelques trucs il y a 2 mois : fraises, salades, ciboulettes, basilic. Il n’y a que la salade et la ciboulette qui ont bien voulu pousser.
    Les feuilles de fraises sont sorties, mais rien de comparable aux tiennes ;) Et puis, je suis envahie de pucerons qui se font un malin plaisir de goûter ma salade avant moi !
    Je suis du même avis que toi, le jardin de balcon c’est un peu cher, mais ça fait toujours plaisir de manger quelque chose que l’on a pris du temps à voir poussé !
    Bonne journée ;)

    • a écrit

      Salut Sabrina ! Je trouve ça pas mal du tout si tu as tout acheté en graines et fait pousser toi-même du début ! Moi j’ai pris un gros raccourci : je n’ai pas acheté de graines, mais des plantes déjà grandes et en terre (encore plus chères tu me diras !). Et comme j’ai écrit cet article environ deux semaines après l’installation du potager, je n’ai pas encore le recul sur plusieurs mois pour pouvoir dire qui aura survécu ou pas :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *