Interview de Nathalie Mur, championne de Bikini Fitness

D’habitude, je ne parle pas vraiment de disciplines sportives sur mon blog. Oui, j’ai un blog « fitness », mais je porte relativement peu d’intérêt aux compétitions sportives en général.

Mais suite à la lecture du nouveau magazine fitness Macs 7 Body Training (édité par le fabricant de compléments alimentaires français Eric Favre), je me suis dit que le Bikini Fitness pourrait certainement intéresser les lectrices (et lecteurs…) de mon blog.

Objectif de la discipline : avoir un corps de bombshell (bombe atomique version amazone). Oui je sais, cela peut paraître un peu superficiel comme objectif. Mais avouons que si on fait du fitness, ce n’est pas seulement pour être ‘fit’ et en bonne santé. Autant profiter aussi des avantages esthétiques qui en découlent… (Ce n’est pas pour rien que j’ai choisi une paire de fesses comme logo du blog !)

J’ai donc demandé à LA championne française de cette discipline, Nathalie Mur, une interview qu’elle a gentiment acceptée ! Nathalie est la seule compétitrice française à participer aux compétitions professionnelles de Bikini Fitness aux États-Unis.

En quoi consiste le Bikini Fitness ? Il ne s’agit pas de concours de beauté du style « Miss France » en plus sexy. Le Bikini Finess est une discipline dérivée du Body Building. Les compétitions de culturisme au féminin comptent (en généralisant pour faire simple) 3 grandes catégories : le Body Building féminin classique (recherche de volume musculaire), le Body Fitness ou Figure (corps très musclé, mais plus naturel), et le Bikini (corps tonique, athlétique, silhouette élancée). Les compétitrices de Bikini sont donc moins musclées que dans les autres catégories, mais doivent elles aussi s’entraîner dur et s’astreindre à un régime alimentaire adapté pour pouvoir arborer des silhouettes sculptées irréprochables.

Bonjour Nathalie et merci pour l’interview ! J’aimerais commencer par tes débuts : tu es arrivée au Bikini Fitness un peu par hasard, en participant à un concours de Bikini Model Search aux Etats-Unis en 2009. Comment as-tu fais pour apprendre les poses et tous les ‘us-et-coutumes’ des compétitions de Bikini jusqu’à obtenir le status de Pro ?
Pour ma 1ère compétition, j’ai appris « sur le tas » on va dire : j’ai plus fait un défilé comme mannequin qu’une routine pour Bikini ☺. A ce moment là, en 2009, le bikini commençait. Il faut savoir que le bikini a vraiment commencé aux US en 2008. Donc je n’avais pas vraiment de recul « pour connaître » les poses. Puis après, ça été l’observation d’autres compétitrices plus expérimentées pour progresser.

Que conseillerais-tu aux filles qui souhaitent s’y essayer ? Faut-il s’adresser l’IFBB France (la fédération) ? Comment apprendre les poses demandées durant le show ainsi que tous les petits ‘trucs’ liés à la présentation (bronzage, choix du bikini etc.) ?
Le fait de faire des compétitions bikini a été pour moi une grande source d’épanouissement. De nature timide, cela m’a beaucoup aidé. Pour les filles qui souhaitent s’y essayer, qu’elles se lancent ! Mais attention, les compétitions Bikini, ne sont pas des compétitions « Miss Plage ». Il faut avoir un corps athlétique avec ‘un accent’ sur la sangle abdominale et les fessiers.
L’IFBB est une fédération de bodybuilding, ils seront donc aptes à donner la réglementation Bikini ainsi que le calendrier des compétitions de l’année.
Pour apprendre les poses, aujourd’hui beaucoup de vidéos de compétitions sont en ligne, ainsi les filles souhaitant faire de la compétition peuvent visualiser ces routines. Mais encore une fois, les poses imposées sont dans la réglementation de chaque fédération. Il faut se renseigner auprès de la fédération dans laquelle on souhaite faire des compétitions.
Pour les petits « trucs » liés à la présentation, je suis en train de monter un blog (http://bikinisfitbody.over-blog.com) où il y a déjà quelques conseils. Ce blog va évoluer et s’enrichir ; je suis d’ailleurs ouverte à toutes les questions des filles qui voudraient se lancer dans le Bikini !

Financièrement, est-ce un hobby qui revient cher en tant qu’amateur (déplacements, bikini, maquillage etc.) ? En tant que Pro, comment ton sponsor Eric Favre te soutient-il pour pouvoir mener à bien les compétitions ?
Et bien, on peut dire que cela a « un coût », mais quand on aime… Il faut compter le déplacement, l’hôtel sur place, l’achat du bikini. Et en option, (car on peut aussi les faire soi-même) : l’apprentissage technique, le maquillage, coiffure, l’application du tan.
J’ai la chance d’avoir un sponsor : il me soutient pour la supplémentation (vitamines, protéines…), sur le choix de mes compétitions mais aussi pour mes déplacements. Et je suis toujours hôtesse de l’air, cela aide aussi ☺

Justement, en tant qu’hôtesse de l’air, comme fais-tu pour être « tip-top » pour les compétitions malgré les désagréments des voyages (jambes et pieds qui gonflent, repas dans l’avion, décalage horaire, etc.) ?
C’est beaucoup d’organisation, je prépare ma nourriture à l’avance dans des tupperwares. J’amène de la nourriture « transportable » : éléments secs, boîtes de conserve… Pour être sûre de ne pas manquer de nourriture quand je suis en escale dans un pays.
Pour les jambes, je prends un complément alimentaire, Veinaxyne®, qui a un double effet : il favorise une meilleure circulation du sang et a un effet drainant.
Je gère aussi ma fatigue, due au décalage et nuits blanches dans l’avion… Autrement dit je ne suis pas une grosse « bringueuse » !

Peux-tu nous donner une petite idée de ton régime alimentaire et tes entraînements deux semaines avant une compétition ?
Pour mon alimentation, les 2 dernières semaines, c’est le moment où on change le plus physiquement donc c’est compliqué de donner le régime que j’ai car je l’ajuste au jour le jour. Mais pour donner une idée, c’est :
repas 1 : avoine, blancs d’œuf, compote
repas 2, 3, 4, 5 : source de protéine (blanc de poulet, poisson…), féculents (riz, patates douces…), légumes verts + 1 cuillère à café d’huile (noix ou olive ou lin)
Pour mes entraînements, depuis quelques mois j’ai adopté une nouvelle méthode appelée MACS7 (vidéo Youtube pour voir Nathalie en action), où la devise est less for more. De ce fait, j’ai des séances de cardio moins longues qu’auparavant sur 3 à 4 fois par semaine. Mes séances de training muscu durent environ 45 min sur 4 jours. J’arrive aux compétitions beaucoup moins fatiguée qu’avant.

Nathalie s'entraine

Certaines compétitrices américaines disent grossir d’un coup une fois la compétition terminée. Comment fais-tu pour ne pas grossir excessivement après une compétition et garder un poids relativement stable tout l’année, malgré l’alternance de périodes de restrictions et périodes « off » ?
Disons qu’après les compétitions c’est vrai qu’il est difficile de « contrôler » les pulsions alimentaires car on a eu une longue période de « régime », alors beaucoup se lâchent. Personnellement, pour être franche, je craque aussi mais après quelques jours, je reviens dans le « droit chemin » car je ne me sens pas bien en mangeant n’importe quoi. Donc c’est un choix perso… De plus, ce n’est pas bon pour notre organisme de faire des grosses variations de poids. La vie, c’est pas se goinfrer, en mangeant n’importe comment, la vie c’est se faire plaisir et quand on se goinfre, ce n’est plus du plaisir ☺ ! « On est ce que l’on mange » cela laisse à réfléchir…

J’ai lu sur certains blogs d’américaines que suite à leur participation à de telles compétitions, elles ont développé des troubles de l’alimentions (« eating disorders« ) ou ont eu des problèmes de fertilité. Quelle est ton opinion sur la question ?
Comme je l’ai dit dans la question précédente, c’est vrai qu’il y a une phase « après compétition » où on a juste envie de manger ce qu’il nous passe sous la main, sans le peser et à l’heure qu’on veut… Et je pense que ce n’est pas mauvais, juste quelques jours… Après, il faut arriver à relativiser sur notre condition physique, voir après et plus tard. Partant du fait que l’on est ce que l’on mange… Vieillir bien c’est important. Beaucoup de choses dans la vie sont faites de règles… et notre alimentation aussi ! Si on mange plus que ce que l’on se dépense, on grossit forcément. Les personnes qui ont des problèmes du comportement alimentaire se créent des carences de vitamines/minéraux et aussi des déséquilibres hormonaux certainement la cause des problèmes de fertilité.

Que penses-tu de la multitude d’images dites « Fitspo » (photos de compétitrices fitness, photos d’athlètes avec un physique très sec) sur Internet ? N’est-ce pas donner aux gens une fausse idée de ce que signifie être « fit » et en bonne santé ?
Il faut comprendre qu’avoir un corps « fit » demande de la rigueur, du travail, de la persévérance. Beaucoup de photos d’athlètes sur le net sont au mieux de leur condition. Un athlète ne poste pas de photos en mauvaise condition. Dans les magasines fitness, on voit ces mêmes athlètes moins « secs », les gens doivent faire la différence. Je pense que pour beaucoup de personnes, voir ces photos doit être une source de motivation pour atteindre leur objectif.

Tu dis dans une interview à propos de la discipline « Certes, il y a un côté concours de beauté, limite bétail. Mais j’assume ça sans problème. » N’est-ce pas parfois dur d’être jugée uniquement sur ton physique et ton apparence, en dépit de tout le travail en amont pour y arriver ?
Whou ! J’ai dit ça… Oui cela devait être quand j’étais encore amateur où on était sur certaines compétitions une centaine. Et lors des compétitions, cause « respect planning », le passage sur scène est un peu rapide. Après sur 100 compétitrices, aux US, il y a beaucoup de personnes qui viennent là parce qu’elles ont vu de la lumière, donc beaucoup de personnes qui ne rentrent pas dans les critères. Les juges ont l’œil et l’habitude : il font vite le tri sur les filles qui ont fait un travail physique ou pas. Aujourd’hui, même en pro, c’est vrai le passage sur scène n’est pas très long… mais les juges ont l’œil.

Tu as commencé les compétitions en 2009 et tu as aujourd’hui 36 ans. Maintenir un tel physique devient-il plus difficile les années passant, ou profites-tu au contraire des années d’expérience en la matière ? Y-a-t-il des catégories par groupes d’âge dans ce genre de compétition ?
36 ans et oui… Je dois avouer que j’ai songé à arrêter la compétition du à ces « 36 ans », car aujourd’hui je suis l’une des plus âgée en Bikini Pro et il n’y a pas de catégorie d’âge contrairement aux amateurs. Puis récemment aux US, une compétitrice de 53 ans (qui ne les fait PAS DU TOUT) vient de passer Pro, alors cela m’a reboostée.
Je ne suis pas en condition physique de compétition toute l’année ! Mais pour maintenir une « good shape« , je m’entraîne et me supplémente toute l’année, m’alimente de façon saine et équilibré. Ce n’est pas vraiment plus difficile aujourd’hui à 36 ans qu’il y a 4 ans. Beaucoup de choses se passent dans la tête. Quand on veut et que l’on a la santé, beaucoup de choses sont possibles.

Photos de Nathalie pour son sponsor Eric Favre

Quelle est la prochaine compétition à laquelle tu vas participer ?
Ma prochaine compétition sera à Prague, le 19 octobre prochain. Ce sera ma 1ère compétition en Europe. [NB: Nathalie met régulièrement des news et des photos de ses compétitions sur ses comptes Facebook, Twitter et Instagram.]

Pour finir, quel serait le conseil principal que tu donnerais aux lectrices de mon blog ? Sachant que la plupart d’entre elles ne sont pas complètement débutantes, pratiquent déjà le fitness, mais souhaiteraient « passer au niveau supérieur » côté silhouette ?
Qu’elles fassent attention à leur alimentation et supplémentation, cela représente 60% de l’aspect physique. Qu’elles soient régulières dans leur activité physique. Faire beaucoup une semaine et rien la semaine d’après n’est pas constructif pour obtenir un corps plus tonique. Puis pourquoi pas avoir le focus de faire une compétition Bikini, cela booste pour passer au niveau supérieur !

Plus d’informations sur Nathalie :

Le site de Nathalie : www.nathaliemur.com
Sa page Facebook : facebook.com/nathalie.mur
Blog Bikini Fit Body (en phase d’évolution) : bikinisfitbody.over-blog.com
Son sponsor Eric Favre : www.ericfavre.com

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. Roxane a écrit

    Super idée d’article et très bon interview! C’est intéressant d’avoir une idée des coulisses d’un tel évènement et de la préparation que ça représente. J’espère que tu auras l’opportunité de faire d’autre interviews aussi sympas!

    • a écrit

      Salut Roxane ! Alors, je ne t’ai pas convaincue de te lancer dans le Bikini Fitness ? ;)
      Même si cela peut paraitre un sport basé uniquement sur l’apparence, Nathalie a vraiment beaucoup de mérite. Elle doit faire preuve d’une discipline monstre au quotidien…

  2. Yohanna a écrit

    très sympa l’interview merci a vous deux.
    Des exemples d’un mode de nutrition aurait été un plus vu que je cite « Qu’elles fassent attention à leur alimentation et supplémentation, cela représente 60% de l’aspect physique.  »
    C’est assez dur à estimer pour des gens ultra débutants au niveau des quantité de féculents, fruits (jusqua 3 fruits de ce que j’ai lu car il y a quand meme du sucre même si c’est naturel) Bon protéines c’est assimilé mais il y a tellement de choses a dire sur ce sujet.

      • Yohanna a écrit

        Oui oui j’ai bien vu mais je parlais en Gramme ou quantité.
        car si je mange 500g d’avoine 1 oeuf et 3 compotes (bon la j’ai exagéré on est d’accord) je serai plus proche du bonhomme michelin qu’autre chose lol ^^.
        ca peut paraitre logique pour certaines personnes mais pas forcément pour d’autres .
        merci pour le lien.

  3. a écrit

    Voici une discipline méconnue. …c’est avec une grande attention que j’ai lu votre post… je suis esthéticienne et j’ai une jeune cliente qui se prépare à sa première présentation et cet après-midi je la coache pour son maquillage. J’aime m’investir totalement dans ce que je fais pour apporter totale satisfaction à ma clientèle… et là je découvre le TAN et tout le côté alimentaire et entraînement de cette discipline… alors là chapeau bas. La petite MANON que je vois tout à l’heure à une volonté d’acier et je vais l’aider à améliorer son budget maquillage. Si je peux avoir des conseils dans ce domaine (car le TAN) casse tous les codes de la colorimétrie traditionnelle. Merci bonne continuation bien à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *