J’ai testé : le kale

Le kale, c’est un légume très à la mode depuis quelques années sur la blogosphère américaine et auprès des ‘peoples’.

Voici quelques liens qui vous donneront une idée de l’ampleur du phénomène si vous n’en avez jamais entendu parlé : un article de US Magazine : Stars who love kale, un article en français : le kale, le chou qui a rendu fous les américains, et une vidéo de Gwyneth Paltrow qui se la joue « healthy » à la télé avec ses recettes.

Il ne s’agit pas d’un tout nouveau légume ou d’un légume typiquement américain, mais juste d’un légume oublié qui n’a jamais été vraiment populaire en France. D’autres pays européens sont de grands consommateurs de kale : les néerlandais utilisent par exemple le kale frisé dans leur plat traditionnel « stamppot » (un mélange de chou et de pommes de terre), et la variété de kale foncée et plate provient de Toscane où elle est utilisée dans le minestrone italien (une soupe de légumes).

J’ai testé les deux variétés : frisée, ou chou borécole, et la variété plate, nommée lascinato ou noir de Toscane.

Feuilles de deux variétés de Kale

Avant de vous donner mon avis, j’aimerais vous donner une idée de mon profil de « testeuse » : je mange plusieurs variétés de choux assez régulièrement. Essentiellement du chou-fleur et du brocoli, parfois des choux de Bruxelles quand c’est la saison, parfois du chou Romanesco quand il fait son apparition sur les étalages, parfois du chou vert, parfois du choux chinois. Et aussi du chou rouge en salade (j’avais même créé cette recette de gâteau violet au chou rouge). Bref, je me considère comme une consommatrice de choux pas difficile. Je ne rechigne pas à manger du brocoli cuit à la vapeur sans aucun assaisonnement.

Pourtant, je dois avouer que ma première impression du kale a été la suivante : on dirait un aliment pour animaux. Les nervures des feuilles sont très grosses et dures. Les lapins doivent probablement bien apprécier ce genre de verdure. Je les imagine mâcher consciencieusement ces feuilles en remuant leur petit museau.

lapin consommateur de kale

En cherchant un peu sur Internet, j’apprends qu’en français le kale s’appelle aussi ‘chou à lapin’ ou ‘chou à vache’.

Les New Yorkaises branchées mangent donc en fait du ‘chou à vache’ sans le savoir.

Puis mon esprit s’égare et je me souviens de weekends à la campagne chez mes grands-parents où on allait voir cette voisine qui élevait de gros lapins dans des clapiers. Bref, ces feuilles de kale me donnent en fait surtout envie de lapin à la moutarde. (Oui, même si je les trouve mignons, je ne suis pas végétarienne…).

Bon, comme je n’ai pas de lapin à nourrir, je vais donc essayer de cuisiner tout ça. Quelques photos de près pour vous montrer la texture :

Kale frisé

Kale plat

Au niveau préparation en cuisine : j’ai essayé deux méthodes après avoir enlevé les grandes nervures centrales : cuit à la poêle, et sous forme de chips (on vaporise les feuilles d’un peu d’huile et on cuit au four comme Gwyneth Paltrow).

Au niveau du goût, les deux variétés n’ont pas vraiment un goût prononcé, mais plutôt un goût de verdure assez basique. (Pas de goût fort comme le brocoli ou les choux de Bruxelles).

Au niveau de la texture, même en ayant enlevé les grandes nervures centrales, cela reste très filandreux par rapport à d’autres variétés de choux comme le chou vert classique.

Au niveau des chips de Gwyneth Paltrow, elles sont très croquantes, mais c’est facile de les faire légèrement brûler… (J’ai donc décidé de vous épargner les photos de tout ça.)

En gros, je suis plutôt déçue, car une fois les grosses nervures enlevées, il n’y a pas grand chose à manger. Pour voir si le kale vaut vraiment le coup au niveau nutritionnel, je décide de faire une petite recherche et de le comparer à d’autres aliments :

100g  Fer 
 (en mg) 
 Magnésium 
(en mg)
 Potassium 
(en mg)
 Calcium 
(en mg)
 Vitamine C 
(en mg)
 Kale plat  3  88  450  205  130
 Epinards  2,7  79  558  99  28
 Kale frisé  1,7  34  447  135  120
 Salade roquette  1,5  47  369  160  15
 Choux de Bruxelles   1,4  23  389  42  85
 Salade rouge  1,2  12  187  33  4
 Salade verte  0,9  13  194  36  18
 Chou rouge  0,8  16  243  45  57
 Brocoli  0,7  21  316  47  89
 Chou blanc  0,5  12  170  40  37
 Chou vert  0,4  28  230  35  31
 Chou-fleur  0,4  15  303  22  46

Donc oui, au niveau nutriments, le kale est quand même très intéressant. Mais les épinards et la salade roquette s’en sortent aussi bien, sauf qu’ils sont moins riches en vitamine C. Et même si le chou-fleur est un peu le parent-pauvre de cette liste, au final, tout dépend des quantités qu’on mange. De plus, la vitamine C est la vitamine la plus sensible à la chaleur et la première à se détériorer durant la cuisson. En gros, je retiens que plus un aliment est vert foncé, plus il y a de chances qu’il soit riche en fer et en potassium.

Une astuce pour conserver le kale : couper le bout des branches et les placer dans un vase rempli d’eau pour réaliser un ‘bouquet’ qui sera du plus bel effet dans votre salon…

Bouquet de Kale

Mon verdict : oui, pourquoi pas acheter du kale si vous trouvez des petits producteurs locaux dans votre région. Par contre, si c’est pour acheter un produit hyper cher dans un super marché branché, alors bof.

D’accord, nutritionnellement parlant, le kale est intéressant, mais les épinards et les types de salades vertes foncées n’ont rien à lui envier à part quelques grammes de vitamines C.

Enfin, petit détail très trivial, mais important : si votre foyer comprend une ou plusieurs personnes qui n’hésitent pas à péter à tout-va et sans retenue, vous serez beaucoup plus tranquille si vous leur cuisinez des salades ou des épinards plutôt que des plats de kale…

Et vous, connaissiez-vous ce légume ? L’avez-vous déjà essayé ?

NB : si comme moi vous n’êtes pas une pro en cuisine, j’ai aussi testé les chips de kale toutes prêtes ici.

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

    • a écrit

      Dans mon supermarché bio. Mais je suppose que c’est plus un produit « du nord », donc difficile à trouver pour les gens qui habitent dans le sud… Quand on google ‘producteurs de kale en France’, on tombe surtout sur la société Prince de Bretagne et pas grand chose d’autre.

  1. a écrit

    Ah voilà enfin quelqu’un de français qui a testé le Kale !
    Merci pour ce post très enrichissant. Je pense que je vais passer mon tour car je suis dans le Sud et en plus je crains les effets secondaires !
    J

  2. a écrit

    Je me posais des questions sur ce fameux kale, mais après lecture de ton article, j’ai bcp moins envie de tester … Moi aussi je consomme pas mal de choux différents, avec une préférence pour le romanesco, il est tellement joli ;-)
    Mais si tu dis que c’est pour les vaches et qu’il vaut mieux manger du lapin à la moutarde, je vais suivre tes conseils :-)

  3. audrey a écrit

    Moi je connaissais car ma grand mère qui avait des lapins, leur donnait du kale à manger.
    Par contre, il était hors de question qu’on l’utilise pour nous: C’était « une herbe à lapin ». Du coup, j’en ai jamais mangé mais cela ne m’a jamais donné envie. Les feuilles sont grossières et nervurées comme tu le dis bien. Je ne crois pas que cette mode viendra dans mon assiette! ;)

    • a écrit

      Merci d’avoir confirmé mon impression initiale Audrey ! D’un point de vue de pays du Nord (Allemagne, Pays-Bas), manger du kale a un certain sens car le climat un peu plus rude ne permet pas de cultiver autant d’espèces différentes que dans les pays du sud, mais effectivement, d’un point de vue français, on se demande quel est l’intérêt pour la consommation humaine !

  4. Roxane a écrit

    J’avais aussi entendu parler de cet aliment « magique » plebiscité par le tout Hollywood branchouille, et je suis contente d’avoir un avis de quelqu’un qui a des goûts proches des miens. Je pensais aussi essayer mais finalement tu m’as refroidie!

    • a écrit

      Si jamais tu en trouves dans ta région, c’est quand même intéressant d’essayer Roxane. En salade, ça me semble impossible à mâcher, mais les chips de kale sont pas mal. Tu peux aussi en faire une sauce de type ‘pesto’ en mixant les feuilles avec de l’huile d’olive. Mais c’est vrai qu’au niveau culinaire ce n’est pas un ingrédient très « noble » je dirais. Pas comme par exemple les artichauts ou les asperges qui peuvent se cuisiner dans des plats sophistiqués. Pas trop un truc pour les fins gourmets donc, mais ça peut être appréciable si on aime la cuisine un peu « popote », genre plats d’hiver paysans.

  5. Claire a écrit

    Tiens c’est marrant, ça m’intriguait aussi ce chou dont on entend parler partout. Tu es hype !
    Merci pour tes impressions, ça ne me fait pas super envie finalement, à part les chips, ça peut être sympa.
    Sinon je vais en rester à mes bons vieux brocolis/chou vert/choux de bruxelles (je viens d’en acheter une cargaison, c’est mon chéri qui est content… ahem…)

  6. Lucie a écrit

    Moi aussi j’avais remarqué que les américains en parlent sans arrêt et je me demandais ce que c’était, parce que je n’en ai jamais vu dans mon supermarché ou au marché… Par contre je trouve que les américains l’utilisent beaucoup dans les green smoothies, et je suppose qu’une fois mixé ça doit enlever le côté filandreux… Si jamais je trouve du kale, je le testerai surement dans un smoothie! Je sais que tu as posté ton avis sur les smoothies il y a peu de temps et que tu n’es pas très fan, mais un green smoothie je pense que ça peut être une alternative pour consommer du kale sans l’effet « grosses nervures ».

    • a écrit

      Ca enlève le coté filandreux seulement si on utilise une centrifugeuse, mais si on utilise un mixeur, à moins d’en avoir un très très puissant, je suppose que ça fait un peu le même effet que quand on mixe du céleri et qu’on se retrouve avec des filaments flottants…

  7. froment daniel a écrit

    Étant de souche vendéenne, ce chou vache est un régal pour moi. Mon grand-père en avait toujours dans son jardin. A 7 ou 8 ans, je me régalais soit en soupe, pomme de terre, du lard frais en petits morceaux ou à la poêle 5 minutes, avec un bon 80g de beurre, à feu doux et couvercle. Même légèrement grillé sur la fin. Évidemment il faut bien les laver et retirer la cote centrale. Ce chou réduit beaucoup à la cuisson. Si vous en trouvez, essayez c’est un excellent légume un peu oublié. daniel

    • a écrit

      Effectivement, je pense que c’est surtout les gens du sud qui risquent de tordre le nez dessus :) Mais pour les gens du Nord, comme par exemple Pays-Bas, c’est un grand classique !

  8. Johanna a écrit

    J’ai testé le kale récemment, étant tombée dessus par hasard.
    Cru, c’est très bof, et cuisine, j’ai trouvé ça plutôt fade (en curry lait de coco avec d’autres légumes).
    De plus, c’est cher, je ne pense donc pas en racheter de sitôt !
    Je comprend mal l’engouement de la blogosphère pour ce chou. Vive les épinards !

  9. Claire Gr. a écrit

    Je dois avouer que le kale est un des mes légumes préférés. Pas vraiment pour son goût, mas justement pour sa valeur nutritionnelle. J’ai déjà essayé de faire des chips, mais c’est un peu trop compliqué pour le résultat. Je préfère de l’ajouter dans mes smoothies. Je le mets cru dans ma centrifugeuse…et hop…un petit green starter dans la matinée…

  10. Monika a écrit

    J’ai entendu parler de ce légume oublié miracle et j’ai commandé les graines chez Kokopelli. J’en ai à présent 14 pieds magnifiques de 1m de haut avec un panache superbe et j’adore en déguster de toutes les façons possibles : cru et coupé en lamelles ou petits morceaux il s’accorde bien avec des tomates, courgettes, concombres dans une salade composé avec pignons de pin ou morceaux de noix ou noisettes, cubes de fromages etc… Pour qu’il soit un peu moins ferme il faut le mettre dans la vinaigrette une heure avant de servir. Ca l’assouplit sansle cuire comme une laitue par exemple. Dans la soupe j’en mets aussi dans le velouté de courgettes, je le cuis à la vapeur façon épinards ou côtes de blettes accommodé avec des échalotes rissolées et un peu de crème fraîche et il est délicieux en accompagnement de viandes, volailles, poissons, pommes de terre etc… Très riches et très digeste il ne provoque justement pas du tout les désagréments du chou vert pommé et ne fermente pas dans l’estomac en provoquant les flatulences que l’on dénonce.
    Les français aiment leurs habitudes et tout ce qui est calibré en supermarché donc je comprends que ce légume nouveau pour eux ne les attire pas. Ses qualités nutritionnelles sont pourtant exceptionnelles.

  11. Gonz a écrit

    Hello,
    Ma recherche sur le kale est due au fait qu’hier au Paradis du Fruit, j’ai gouté un cocktail « detox » au kale + ananas + menthe, pas mauvais vraiment, mais un goût très désagréable de coriandre (je déteste cet aromate).
    Après l’avoir ramené et avec le nouveau en bouche, même goût, j’en ai déduis, peut être à tort, que c’était peut être dû à ce choux, seul ingrédient dont je ne connaissais pas le goût.
    Merci pour cet article très enrichissant !

  12. a écrit

    Bonjour
    Ton article est intéressant!
    je ne connaissais pas le kale jusqu’à ce que je parte en Thaïlande 4 mois.
    Ils utilisent le kale dans beaucoup de plats que ce soit le fried Rice, certaines recettes de padthai et certaines soupes. Je pense qui le font bouillir et l’ajoute ensuite. C’est bon mélangé à des plats épicés car effectivement ça n’a pas énormément de goût en soit.
    c’est vrai que c’est assez ferme comme légume mais cuit de cette façon ça passe mieux.

  13. Chatil a écrit

    je commente cet article vieux de 2 ans sur le chou Kale, mais après une 2ème tentative (à un an d’intervalle) je n’ai toujours pas accroché…. J’ai voulu voir si d’autres personnes avaient une opinion identique ou éventuellement trouver une recette qui me permettrait de l’apprécier. Je vais essayer « bouilli » ou en soupe car c’est surtout la texture en bouche qui me gêne, le manque de goût pouvant être compensé par l’accompagnement. Elise, au moins cela m’aura permis de découvrir ton site…. Et toi as-tu fait d’autres tentatives ?

  14. a écrit

    Merci pour ton article très bien expliqué que j’ai transféré à une copine ce matin même pour lui prouver que je disais pas que des conneries sur le Kale !

  15. barth a écrit

    Je serai encore plus critique que la testeuse: adhérente d’une AMAP, j’ai droit depuis 2 ans à ce végétal très « in » dans mon panier. Donc j’ai eu l’opportunité d’essayer à plusieurs reprises. Conclusion : c’est juste immonde ! En goût, en texture.
    Incuisable, sauf en chips au four: toutes le autres techniques essayées aboutissent, ai mieux, au bout d’un temps infiniment long (esai en version soupe cuite a la cocotte-minute) à un truc verdâtre, râpeux sous la langue et juste pas bon. Au pire à un machin non cuit (quelque soit la durée ), dur, « plastiqueux » (désolée du néologisme, pas trouvé mieux pour décrire le duo consistance/goût de la chose) et…pas bon! (Version,: cuit – vapeur électrique, poêle. ..)
    Si ça passe à la rigueur en chips, X c’est que ça carbonisé très vite, et le goût de brûlé fait disparaître le goût du kale lui – même
    Bref: rien à sauver. Je ne sais pas si les bénéfices santé sont réel. Mais même si c’est le cas, se forcer à ingurgité ce truc n’en vaut pas la peine.
    Il y des manières beaucoup agréable de coupler saine nutrition et plaisir de l’assiette. Le kale, c’est e la diététique punitive. Le genre de truc qui me donne immédiate une envie folle de me ruer sur la première pizza américaine la plus mal bouffe possible…
    Les cagettes de l’AMAP repartent aussi pleines qu’à leur arrivée (il n’y a que les nouveaux adhérents qui se servent quand ils viennent la première fois et ne connaissent pas…)

    • a écrit

      Etrange expérience que vous narrez là :-O J’ai découvert le kale il y a 2 jours et je n’ai rencontré aucun problème. Il faut retirer la nervure centrale. Je l’ai cuisiné dans une poêlée : riz, brocolis, champignons de Paris, chou kale, sel, poivre. C’était très bon :-) Le chou kale est génial pour les vegan, qui trouvent leurs apports en calcium dans les légumes à feuilles vertes (entre autres). Dans une poêlée, il suffit d’ajouter son chou kale 3-4 minutes avant la fin de la cuisson, en émiettage : le chou kale prend alors une couleur verdoyante (alors qu’il est vert pâle quand il est cru) et il se mâche très facilement.

  16. Anne Sophie a écrit

    Bonjour,
    Je suis fan de ce chou !
    En jus accompagné d’autres fruits et légumes, un régal.
    Ma recette favorite est :
    Chou coupé finement (enlever les branches)
    tomates cerises
    oignons rouges
    amandes coupées finement
    citron
    vinaigre balsamique
    Laisser mariner et savourer

  17. a écrit

    Je viens de tomber par hasard sur votre blog en étant à la recherche de recettes à base de graines de chia et cela fait 20 minutes que je voyage dessus. Concernant le chou kale, étant belge, on le consomme souvent et à toutes les sauces. On le fait même au gratin ou en sauce blanche. Il n’est pas cher, se trouve partout en hiver, même en grandes surfaces. Dire que c’est immonde, je trouve que c’est exagéré, c’est délicieux. Faut dire qu’on aime les choux de Bruxelles, donc forcément on aimera le kale.

  18. a écrit

    Je vis aux Canaries et j’ ai cherché ce fameux chou Kale, ayant lu un article il y au moins 5 ans, sur ces propriétés. Personne ne connaissait car içi on vend toujours les mêmes légumes toutes l’ année, d’ ailleurs c’ est plutôt chian pour varier son bol alimentaire. Mais depuis qq mois je le trouve enfin dans un grand super marché dont il dise qu’ il provient de Valence en Espagne. Mais depuis qq temps il y aurait une production en terre canarienne!!
    Bref, pour moi le goût est correct, mais ce sont de toutes petites feuilles, il faut bien faire cuire la queue car effectivement dur dur. C’ est vendu en paquet sous vide principe des salades. Au niveau production saine hum… Je ne veux pas imaginer le rondump, Bayer and Co.

  19. olivier a écrit

    c est le fameux caldo verde des portugais, !!!! on le coupe tres fin fin et on le met en fin de cuisson dans un bon bouillon de pommes de terre avec une bonne rondelle de saucisson……delicccccccccccccccccccc

  20. Crepin a écrit

    En Belgique il y en a dans tous les potagers. On le consomme en « stoemp » terme bruxellois bien connu.
    Cuire à l’eau bouillante, les feuilles de choux sans les grosses nervures, des pommes de terre et un oignon.
    Egouter lorsque tout est cuit, écraser et préparer comme pour faire une purée de pomme de terre, beurre, lait, jaune d’oeuf et crème.
    Servir avec de la saucisse ou des cotes de porc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *