J’ai testé : les légumes oubliés

Les légumes oubliés, une bonne idée pour diversifier ses repas d’hiver ! Et l’occasion aussi de faire une petite review sur le blog. Oui, je sais, faire une review de différentes racines terreuses, quelle drôle d’idée, c’est pas très glamour… Mais je vais quand même essayer de vous convaincre que ces légumes sont hautement ‘fashionables’ !

Tout d’abord, les légumes oubliés sont synonymes de bio-diversité et de « vintage ». Petit effet bobo-chic-branchouille donc. J’imagine bien une parisienne branchée dire à une copine à la sortie d’un cours de yoga : « J’avais des amis à dîner, je leur ai fait une poêlée de légumes oubliés caramélisés, tout le monde a a-do-ré ! »

Heureusement, au niveau des prix, ces légumes ne sont pas du tout bobo-chics. Je les ai achetés au supermarché bio, mais je n’ai pas noté de prix exorbitants. Certes, ce ne sont pas les légumes les plus « low-costs » comme les carottes ou les poireaux, mais les prix étaient très corrects. De plus, tous ces légumes étaient des légumes locaux non-importés.

Panais

Le panais

■ Le goût : à mis chemin entre la carotte et le céleri-rave, pas hyper-prononcé.
■ Valeurs nutritionnelles pour 100 g : 75 kcal, 18 g de glucides, 4,8 g de sucre, 1,2 g de protéines, 0,3 g de lipides, 4,9 g de fibres. Proche de la carotte, mais dépourvu de vitamine A, et plus riche en glucides.
■ Que faire avec ? Comme les carottes, il se mange cru, râpé, poêlé, en purée, en soupe, pour accompagner un couscous…
■ Le + : il peut remplacer les carottes dans toutes les recettes, même dans les « carrot cakes ». Il donne une touche originale aux recettes à base de carottes souvent trop classiques.
■ Le – : nutritionnellement parlant, c’est un peu le parent pauvre de la carotte. En gros, c’est comme une carotte, mais sans vitamine A.

Rutabaga

Le rutabaga

■ Le goût : amer, goût de navet mais en moins acide et avec une petite touche de chou.
■ Valeurs nutritionnelles pour 100 g : 38 kcal, 9 g de glucides, 4,5 g de sucre, 1,1 g de protéines, 0,2 g de lipides, 2,3 g de fibres. Par rapport au navet, plus dense en calories et en fibres.
■ Que faire avec ? en purée ou en gratin, avec de la noix de muscade. En soupe à la place des navets. J’ai taillé le mien sous forme de frites que j’ai légèrement vaporisées d’huile, puis cuites au four.
■ Le + : gros, pas cher, économique.
■ Le – : le goût un peu amer. Pour ma part j’ai bien aimé mes frites de rutabaga cuites au four, mais cela aurait été une toute autre histoire si je les avais fait goûter à un jeune public friand de Happy Meals…

Sasifis

Les salsifis noirs (scorsonères)

■ Le goût : proche du navet mais moins acide et moins amer. Une fois la peau noire pelée, les racines sont blanches.
■ Valeurs nutritionnelles pour 100 g : 82 kcal, 19 g de glucides, 3 g de sucre, 3,3 g de protéines, 0,2 g de lipides, 3,3 g de fibres. Un profil de vitamines intéressant, mais je suppose qu’en pelant la peau noire on en perd une partie. Il est impossible d’enlever la terre qui reste collée aux racines, il faut donc les peler même s’ils sont bio.
■ Que faire avec ? Comme les autres légumes racines, les applications sont multiples. J’en ai fait des sortes de tagliatelles en les coupant finement dans le sens de la longueur. Je les ai fait revenir à la poêle.
■ Le + : plus fins que les navets au niveau gustatif.
■ Le – : les plus gros spécimens ont tendance à être un peu fibreux. Beaucoup à peler pour peu à manger !

Topinambours

Les topinambours

■ Le goût : petit goût d’artichaut subtile.
■ Valeurs nutritionnelles pour 100 g : 73 kcal, 17 g de glucides, 10 g de sucre, 2 g de protéines, 0 g de lipide, 1,6 g de fibres. Riche en glucides et sucre, mais d’après Wikipédia « La substance de réserve n’est pas l’amidon comme pour la pomme de terre, mais un glucide qui en est proche, l’inuline. Ce glucide non assimilable n’influence pas la glycémie, contrairement à l’amidon. »
■ Que faire avec ? poêlés, en gratin. Il peuvent aussi se manger crus en rémoulade. J’en ai fait des chips au four en les coupant en rondelles.
■ Le + : le goût, très subtile. Le prix raisonnable. C’est une plante « rustique, facile à cultiver, même dans les sols les plus pauvres. » (Wikipedia)
■ Le – : Le ‘design produit’ fait un peu « crottes de chien », mais on ne peut pas trop en vouloir au designer (dame Nature).

Si vous avez un jardin

Pour ma part, j’ai seulement un petit potager de balcon (très mal en point d’ailleurs en ce début d’hiver). Mais comme mes photos de racines ne vous ont pas forcément convaincu(e) d’y goûter, je vous mets une petite vidéo d’un beau jardin potager qui vous donnera envie de légumes :

Et vous, achetez-vous des légumes oubliés ? Si oui, lesquels et comment les préparez-vous ?

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. a écrit

    Ha !!!! C’est dans ces cas que je vois que mes origines du Sud sont bien ancrées : autant les légumes feuilles, c’est la fête, autant les légumes racines … heu … nan ! A part les carottes crues, le reste ne me transcende pas vraiment, je dois être une des rares personnes à me pas aimes les patates (oui, patates, pas pommes de terre). Autant que la soupe du jour en hiver quand j’allais à Prague (Polévka dne), c’était pas toujours facile (surtout avec la cuillère de confiture qui va bien par dessus) …

    • a écrit

      Si on a grandit entourée de jolis légumes du soleil, en effet, j’imagine que la soupe tchèque doit demander de certaines capacités d’adaptation… :)

  2. MHelene a écrit

    Audrey, avant de tester les topinambours lis bien l’article mentionné par Elise, les astuces de cuisson pour éviter l’effet EOLIEN de ce légume célèbre durant la dernière guerre, sinon procure-toi un masque à gaz OU met le nouveau shorty anti « FART » neutralisant les odeurs de petous…
    Bravo Elise de tester tous ces vieux légumes d’antan, pour ma part ma préférence va au panais que j’ai testé comme légumes accompagnant un couscous préparé par une fille du Magreb mariée à un paysan cultivant encore ces derniers ; un régal !

  3. mhelene a écrit

    oui Elise cela existe les underwears for men and women « that filters out farts ». c’est un fabricant anglais je crois qu’il s’appelle shreddies, ses slips contiennent du charbon activé, et peuvent filtrer 200 pets environ… ils s’adressent aux personnes ayant des problèmes d’intestin (colon irritable, maladie de Crohn, recto colite et par conséquent beaucoup de « flatus emissions ».
    Voici donc les dernières tendances en matière de sous-vêtements, j’ai lu cette info dans le dernier « Vocable « . Pour le prix visitez le site…
    A bientôt de lire te prochaines rubriques qui me passionnent toujours autant.

  4. a écrit

    Bonjour Elise,

    Je viens de découvrir ton blog et j’apprécie ta façon d’écrire. C’est très agréable.
    Pour revenir au sujet: vive les légumes oubliés, surtout le panais! Dans le même style, j’aime beaucoup la patate douce. Elle est encore peu connue du grand public et c’est dommage: le gout est top!

    A +

    • a écrit

      Merci Margaux ! Oui moi aussi j’aime beaucoup les patates douces ; c’est vrai qu’elles sont parfois difficiles à trouver, mais j’arrive à me procurer deux variétés différentes chez mon épicier turc : les patates douces oranges du type patates américaines, et des patates douces à la chaire blanche. Mais j’aimerais bien essayer les patates douces violettes, juste pour la couleur !

  5. Benjamin a écrit

    Merci pour ces informations. J’apprécie le fait que vous insistiez sur le fait que ces légumes soient locaux. Tous ces légumes permettent en effet de supers plats en hiver qui remplacent aisément les habituels tomates/courgettes/aubergines qui n’ont rien à faire dans nos assiettes à cette époque là! Ce site donne un bon aperçu de ce que peut être une cuisine « eco-friendly »: http://www.legoutdesplantes.be, avec également une belle liste de légumes oubliés.

  6. LiliM81 a écrit

    Merci pour cet article sur les légumes oubliés.
    Je connais très bien le panais et les topinambours. C’est très bon !
    Je ne peux pas m’empêcher de sourire pour ce dernier légume parce que… mon chien raffole des topinambours ! C’est fou, il va jusqu’à les déterrer dans le potager ^^
    A bientôt ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *