J’ai testé : manger des algues

En pleine période de fêtes et de repas gastronomiques, je vous propose un test produit complètement « hors tendances » : des algues, fraîches ou séchées… Oui, après les légumes oubliés, le kale, les protéines de chanvre… Je persiste et signe en matière d’aliments ‘healthy’ insolites. J’aurais pu faire plus original encore, comme tester cette grande barquette de grillons salés « pour un apéritif entre amis »… Mais à 15,90 euro les 50 grammes, autant se payer des truffes !

Pourquoi manger des algues ? Comme ça, juste pour changer, par curiosité, pour élargir le choix des légumes disponibles en hiver, pour manger de la verdure. Bon, si vous êtes à la recherche des raisons « nutritionnelles », vous en trouverez des pelles sur la toile : les bienfaits méconnus des algues et autres.

Je craignais que les algues soient un peu comme certaines espèces de poissons : qu’elles absorbent certains métaux lourds ou la pollution des océans, mais apparemment, il n’y a pas lieu de s’inquiéter avec les algues alimentaires. En plus, les algues fraîches qu’on peut trouver en supermarché bio ne viennent pas du bout du monde, mais sont toutes produites en Bretagne.

J’avais déjà testé l’agar-agar et la spiruline sur le blog, mais il s’agissait d’algues en poudre et de compléments alimentaires. Cette fois-ci je vous fais part de mes trouvailles « culinaires » :

Le kombu

kombu

■ C’est quoi ? De grosses lanières vert foncé, conservées dans du sel. C’est le genre d’algues qu’on trouve souvent dans les soupes/bouillons servis dans les restaurants japonais.
■ Le + : Sympa pour parfumer une soupe, pour donner une touche japonaise à un bouillon « détox ». Goût assez classique pour une algue. S’achète au rayon frais mais se conserve longtemps grâce au sel rajouté (on rince les algues pour enlever le sel avant de les utiliser).
■ Le – : le prix, assez cher pour une petite barquette. (Mais je suppose que c’est beaucoup moins cher si on habite en Bretagne).

Etiquette de kombu Breton

La dulse sauvage

Dulse sauvage

■ C’est quoi ? Une algue rouge, moins épaisse que le kombu. Elle peut se manger crue ou cuite. Au niveau saveur, la dulse est un peu le « chou rouge » de la famille des algues.
■ Le + : plus facile à manger crue que le kombu, car plus fine. Très pratique à préparer en salade.
■ Le – : aussi chère que le kombu. Au niveau goût, reste difficile à combiner avec d’autres ingrédients.

Etiquette de dulse

Les feuilles de nori

Wrap de nori

■ C’est quoi ? Le type d’algues séchées le plus facile à trouver : les feuilles qu’on utilise pour faire des sushis.
■ Le + : le côté pratique ; on peut se faire des « wraps » ou des « rolls » fourrés avec d’autres ingrédients. Cela dit, ça déborde souvent de tous les côtés !
■ Le – : le prix, ça reste cher pour un paquet de quelques feuilles. De plus, on ne sait pas trop d’où elles proviennent.

Le wakamé

Wakamé sec

■ C’est quoi ? Une algue verte, la plupart du temps disponible en version déshydratée. Réhydratée, elle triple de volume. On peut la manger en salade, grillée ou dans des soupes.
■ Le + : On obtient une très grande quantité d’algues réhydratées en utilisant seulement une petite quantité d’algues séchées.
■ Le – : Le goût et la texture ne sont pas très agréables par rapport aux algues fraîches.

Les spaghettis de la mer

Spaghetti de la mer

■ C’est quoi ? Une espèce d’algue brune appelée Himanthalia elongata. Déshydratée, il faut la réhydrater pour la cuire.
■ Le + : L’aspect spaghetti, proche de vraies tagliatelles.
■ Le – : Le goût, trop « marée » et la texture, trop caoutchouteuse.

La salicorne

salicorne

■ C’est quoi ? Ce n’est pas une algue (un peu l’intrus de ce test !), mais une plante qui pousse sur des sols riches en sel marin.
■ Le + : se cuisine comme les haricots verts, en beaucoup plus pratique et rapide (il n’y a rien à trier).
■ Le – : très salé, même en les rinçant bien avant. Il faut mieux les utiliser dans un plat contenant d’autres légumes, sans saler le plat :

Recette salicorne courge

Le verdict

Comme les champignons, les algues sont des végétaux thallophytes : pas de tiges, ni de fibres ou de nervures. On les coupe en morceaux et c’est tout. Contrairement aux idées reçues, elles sont donc beaucoup plus pratiques à préparer que la plupart des légumes !

Oui pour les algues fraîches produites en Bretagne, en particulier le kombu. Elles sont un peu hors de prix, mais se conservent longtemps pour des produits frais. Associées astucieusement avec d’autres ingrédients, elles peuvent apporter une jolie touche japonaise ou scandinave.

Plutôt non pour les algues sèches à réhydrater. Même si elles sont moins chères, leur provenance est souvent assez floue. Et elles sont surtout beaucoup moins bonnes que les fraîches et souvent caoutchouteuses. À part les feuilles de nori pour faire des wraps, je n’en rachèterai pas…

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. Audrey a écrit

    Super l’article , moi je fais de temps en temps des makis mais c’est vraiment long à faire. Je tenterais bien le salicorne pour voir… En plus la baie de somme c’est très joli… Ça peut faire un we…

    • a écrit

      Merci Audrey ! Tu es plus douée que moi ! Tous mes rouleaux à base de feuilles de Nori finissent généralement en bouillie car je n’ai pas la bonne technique ^^

  2. a écrit

    Je crois que je ne suis pas encore prête à manger des algues. Mais comme tu le dis c’est des aliments hyper sain, et l’on tend de plus en plus vers une consommation de masse. Tu sais où on peut se les procurer sur Paris? Qui sais peut être que je sauterais le pas :)

    Je te souhaite un excellent début d’année :)

    Margaux

    • a écrit

      Bonjour Margaux,
      Si jamais tu souhaites sauter le pas, tu devrais pouvoir en trouver dans les supermarchés Biocoop et aussi probablement dans les boutiques Les nouveaux Robinsons.

  3. petiteelisa a écrit

    Et bien moi je trouve les algues sèches plus pratique. En paillettes ( salade du pecheur) c’est super simple: on en met à la dernière seconde sur l’omelette dans la soupe, dans la semoule de couscous…
    C’est adopté à la maison, comme le spaghetti de mer ( haricots) qu’on utilise aussi en sec.
    Pour l’origine c’est vrai que je fais confiance, j’achète à Roscoff par correspondance, je connais bien la boutique, (Comptoir des algues) ils connaissent bien les algues et nous emmenent sur le terrain avec eux pour les ramasser lors de sorties découvertes.
    En salé, je trouve que le dessalage est un chouillat long et ca se conserve beaucoup moins

    • a écrit

      Merci beaucoup pour ton avis et ton commentaire ! Cela permet aux lecteurs de mieux se faire une idée ! Sèches ou fraîches, l’essentiel c’est qu’ils essaient, et avec de préférence des produits bretons !

  4. Julie a écrit

    Une amie herboriste m’avait apprit que toutes les algues trouvables sur nos côtes sont consommables. Depuis je fais ma « cueillette » moi même, en choisissant des côtes peu polluées (ou au moins exemptes d’avertissement contre la consommation des fruits de mer du fait de la pollution…
    Facile, pas chère et on peut goûter à tout!

  5. Nadine a écrit

    Bonjour Élise, je viens de découvrir ton blog avec joie. Merci pour la richesse et la qualité des infos que tu partages. Adepte de la spiruline, j’ai trouvé depuis un an La solution: une spiruline sans odeur et sans goût grâce à la formulation: la spiruline en paillettes. Cela ressemble aux vermicelles dragéifiées en chocolat que l’on met sur les gâteaux. Économique aussi (13 € environ). Une cuillère à café avec un jus de fruit ( juste pour pic insuline et meilleur absorbsion des protéines) à avaler sans mâcher, sinon cela croustille en premier mais colle aux dents par la suite!!! Elle est 100% bio et cultivée en provence. Le site: spiruline-dl.com.

      • Nadine a écrit

        Je viens de m’apercevoir que je ne l’ai pas posté au bon endroit!! Il faisait suite à ton expérience avec la spiruline. Mais bon, c’est la première fois que j’interviens sur un blog! 4 mois que j’ecume tous les sites concernant la musculation, qui est mon nouveau défi pou palier à un corps filiforme malgré 15 bonnes annnées de Running 1 à 2 fois par semaine.. .Je comprends maintenant pourquoi, certes, je fais la même taille à 45 ans qu’à 20 mais toujours des muscles embryonnaires ;-).
        Bref, toute à ma joie de découvrir un site complet attractif et pertinent pour les filles qui m’a donné envie de participer, je me suis emmélée les pinceaux!!!

  6. Benzekri a écrit

    J adoorre j adopte les algues c trop bon. Ce gout de la mer donne l impression de se baigner. Un vrai regal pour les papilles. Liza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *