“Perfectionniste, comment arrêter d’obséder sur mon physique ?”

faire de son mieuxUn article “coaching personnalisé” pour Magali, 25 ans, qui m’a envoyé le message suivant :

“Bonjour Elise,

Je viens de découvrir ton site et je suis ravie, enfin je pense avoir trouvé exactement ce que je cherche (constamment) sur Internet.

Je vais essayer de résumer le mieux possible ma situation, qui n’a peut-être rien d’exceptionnel ou d’anormal mais dans laquelle je ne suis pas pleinement heureuse non plus.

J’ai 25 ans, je suis plutôt menue (161 cm – 52 kgs – peu de graisse), facilement stressée, très sensible, passionnée et perfectionniste.

Je fais des études de chant classique au conservatoire et de musicologie depuis 2007, et ai commencé à travailler à l’opéra en septembre. Donc peu de temps libre, vacances deux fois par an. Régulièrement je suis épuisée ou malade, j’ai du mal à me forcer.

Avant j’étais boulotte, j’ai toujours adoré manger. Maintenant je suis mince, j’ai perdu 12 kgs en 2011-12 (en 6 mois) avec divers régimes, puis en arrêtant de manger les aliments auxquels j’étais allergique (lait de vache et blé), en respectant l’équilibre acido-basique et en faisant du sport 4 fois par semaine.

Mon souci c’est que je suis totalement obsédée par mon poids, mon apparence, mon ventre. Depuis presque 10 ans c’est vraiment presque ce qui occupe le plus mes pensées. Je ne suis jamais satisfaite. J’ai des problèmes de digestion et n’arrive pas à perdre de graisse à certains endroits de mon corps.

Voilà pour le faits (bien sûr j’élude mon irrésistible joie de vivre, ma passion pour l’art etc., ce serait trop long ;) )

Je fais du yoga, je respire bien, je ne vais que chez mon naturopathe kinésiologue et je m’alimente sainement. Le souci est donc ailleurs…

La semaine dernière je me suis inscrite dans une salle de sport et ai pris rendez-vous avec un entraîneur. Il m’a dit que je devais manger 1500 kcal vu mes proportions (gros flip), et me conseille un circuit avec des machines (Il me conseille de faire ce circuit trois fois par semaine pendant 3 mois en augmentant petit à petit les charges. Plus cardio/cours de zumba, yoga, etc.). Je pense que ce sera bien pour moi d’avoir enfin de nouveaux buts, une évolution possible. Mon corps ne changeait plus du tout.

Ma question est : comment adapter mon sport et mon alimentation à mon mode de vie fou pour arrêter d’obséder, avoir enfin le physique dont je rêve et être en forme toute l’année, ne pas avoir faim constamment ? Est-ce utopique ou réalisable ?”

Ma réponse

Salut Magali,

Je pense que quand on est jeune et qu’on n’a pas de gros problèmes de santé particuliers, il n’est pas utopique de vouloir être en forme et de se sentir bien dans ses baskets, même avec un travail super prenant.

Mes suggestions :

1- Au sujet de la fatigue : “Comment être en forme toute l’année ?”

fatigueTes épisodes de fatigues peuvent avoir différentes causes possibles&nbsp:

• Le manque de sommeil ? Ok, tu termines tard les soirs de représentation à l’opéra. Peut-être rattraper ces longues soirées en faisant des siestes et en te couchant plus tôt quand tu peux ?

• Des carences alimentaires, notamment en fer, en vitamine D ou en magnésium ? Même si tu es suivie par un naturopathe, ce n’est pas forcément une garantie. J’ai une copine végétarienne qui pensait qu’elle mangeait super bien et qui a été diagnostiquée avec une carence en fer par son médecin (le fer des végétaux n’est pas autant assimilé que le fer héminique que l’on trouve dans les viandes et les poissons).

• Des épisodes de hausse et baisse de ta glycémie ? Pas forcément à cause de friandises ou de gâteaux industriels. Même avec des snacks de naturopathe du genre dattes séchées, barres de céréales healthy, tu peux obtenir le même effet coup de fouet/coup de pompe si tu es sensible aux aliments qui ont une forte charge glycémique.

• Des difficultés à t’écouter toi-même (ce serait un comble pour une chanteuse ☺)&nbsp? C’est plus facile de trouver son équilibre quand on est à l’écoute de certains rythmes : rythme de sommeil, rythme menstruel, rythme des saisons etc. D’accord, ton rythme de travail est irrégulier, mais tu peux aussi planifier des choses à l’avance dans ton agenda : par exemple, des heures de repos ou des heures de cuisine pour préparer à l’avance plusieurs repas et collations. Plus tu prévois les changements de rythme calmement à l’avance, moins tu es prise de cours.

• Le perfectionnisme ? Les perfectionnistes s’épuisent généralement beaucoup plus vite. Ok, être perfectionniste dans ton travail au conservatoire et à l’opéra est certainement un atout. Perfectionniste peut être synonyme d’excellence et de réussite, mais tout aussi synonyme d’épuisement, burn-out, crises de larme, rancœurs etc. Comment être moins perfectionniste ? Je dirais lâcher prise sur toutes les choses pas essentielles ou du moins discerner le bon perfectionnisme du perfectionnisme toxique.

Perfectioniste

2- Au sujet de l’appétit : “Comment ne pas avoir faim constamment ?”

Privilégier les aliments qui sont riches en fibres et/ou en protéines et/ou en lipides. Des exemples&nbsp: haricots noirs, lentilles, amandes, volaille, poissons gras, œufs.

Des exemples d’aliments de naturopathe mais qui te donneront quand même faim : les smoothies (rien à mâcher pour signaler à ton corps que tu as mangé), les fruits secs (trop sucrés), les purées d’oléagineux (certes rassasiantes mais trop caloriques), les barres healthy à base de dattes, les laits végétaux sucrés au sirop d’agave.

Organiser chaque repas et snack autour d’une portion de 20 g de protéines est aussi une bonne façon de se créer des repas rassasiants quand on a naturellement beaucoup d’appétit.

Cat looking for foodLes 1500 calories conseillées par l’entraîneur de ta salle me paraissent à moi aussi assez peu. Elles seraient certes adaptées pour une fille de ta taille qui souhaite maigrir et qui a un travail sédentaire de bureau, mais je pense que dans ton cas tu peux te permettre de manger plus.

D’une part parce que tu ne veux plus maigrir (ton indice de masse corporel est très bien comme ça), et d’autre part parce que chanter est une vraie petite activité physique quand on pratique à haut niveau comme toi plusieurs heures par semaine. Sinon, pour le programme de renforcement musculaire qu’il t’a proposé, c’est bien si tu continues à augmenter les charges régulièrement.

J’ai toujours adoré manger” : un bon appétit est un signe de bonne santé, c’est normal et sain d’avoir faim, mais un appétit vraiment trop dévorant peut aussi être une façon d’essayer de combler un manque ou un stress sans prendre en compte tes vrais besoins physiologiques (on en revient alors un peu au paragraphe d’avant, le “s’écouter soi-même”).

3- Au sujet des pensées obsessionnelles : “Comment arrêter d’obséder ?”

obsessionUne solution serait de ne pas croire tout ce que tu penses. Il ne s’agit pas de refuser certaines pensées ou de les remplacer par des pensées positives, mais plus d’arrêter de t’identifier à elles, et en particulier à ces pensées obsessionnelles produites en mode automatique du type “auto-pilote du cerveau qui tourne en rond”.

Si toi-même tu décris ces pensées comme obsessionnelles, c’est que tu reconnais que ces pensées ne sont pas vraiment rationnelles et qu’elles te bouffent trop d’énergie. Comme une sorte de programme installé sur un ordinateur, mais qui prendrait trop de place sur le disque dur.

On est d’accord, quand on a un métier comme le tien où on est sur scène devant un public, c’est aussi tout à fait rationnel de se soucier de son apparence. Mais pour reprendre le cas de notre ordinateur, le problème est que le programme prend beaucoup trop de place. Il n’en fait qu’à sa tête en affichant des pop-ups automatiques vraiment énervantes (tes pensées obsessionnelles). Il faut faire une update, supprimer les bugs et alléger le tout.

cerveau informatiqueComment faire ? Je ne suis pas psy et franchement je ne sais pas quelle est la meilleure méthode pour supprimer ce genre de “pop-ups automatiques du cerveau”.

Une méthode que je connais est la méthode américaine You are not your brain, une méthode développée en premier lieu pour les patients atteints de troubles obsessionnels compulsifs (TOC), mais qui peut aussi être appliquée aux gens sans TOCs.

En gros, le concept principal de la méthode est d’apprendre à identifier ses pensées obsessionnelles comme des parasites de l’attention crées par des connexions cérébrales automatiques, pas comme des pensées à prendre vraiment au sérieux et à développer (un article en français ici).

4- Au sujet de l’image de soi : “Je ne suis jamais satisfaite”

Tu peux lire tous les articles des magazines féminins du style “Estime de soi : 4 méthodes pour s’aimer”, googler toutes les technique de revalorisation à l’américaine “Boost your self-esteem”, mais je pense que ça ne te satisfera jamais pleinement.

Tu as perdu 12 kg (!), tu ne te considères plus comme une “boulotte”, et pourtant cela n’est pas encore suffisant. Prendre ses distances avec son estime de soi pourrait être une solution pour devenir pleinement satisfaite. Cela ne veut pas dire que tu arrêtes toutes initiatives, que tu ne cherches plus à t’améliorer, mais que ton estime de soi (l’égo) n’est plus l’élément déterminant pour ton bien-être.


Sagesses Bouddhistes – 2013.02… door vchristophe

Points soulevés dans la vidéo :
7 min : Être trop accrochée à son image (en bien ou en mal) est source de souffrance.
8 min 40 : Les méthodes pour essayer de revaloriser les personnes qui doutent d’elles-mêmes ont des résultats limités.
9 min 50 : “Je ne veux pas forcément être dans la perfection pour me donner le droit d’exister.”
11 min 10 : “Une bonne estime de soi est une estime de soi silencieuse.”
13 min 30 : le livre en question : « Imparfaits, libres et heureux : Pratiques de l’estime de soi »

Mais je ne sais pas si tout ça te parlera ou si tu trouveras tout ça beaucoup trop woohoo/new age !

Ego

J’espère en tout cas t’avoir pu donner quelques pistes. Les lectrices du blog auront aussi certainement des idées supplémentaires à partager dans les commentaires ?

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. porcelli mh a écrit

    Comme toujours Elise ta réponse au problème de Magali est pleine de bon sens et de bienveillance ! Le livre de Christophe André peut être une aide efficace ;
    Magali as-tu un ou une bonne amie qui en t’acceptant comme tu es t’aiderait peut-être avec empathie et humour à t’accepter d’avantage comme tu es : ce serait plus reposant pour toi et certainement bénéfique à ton bonheur de vivre.

  2. a écrit

    super article Elise ! Dans mon cas, en ce moment, c’est le contraire, je n’ai pas faim. Enfin, je n’ai faim que le matin …. et je mange une source de protéine à chaque repas, au final, je me force un peu à manger pour manger au goûter et le soir, sinon je serai vraiment en dessous de mes calories …

    Penses tu qu’il faut manger seulement lorsque l’on a faim ? Dans mon cas, je ne mangerai pas grand chose si c’est ça …

    Merci d’avance !

    • a écrit

      C’est peut-être à cause du changement de saison, avec les beaux jours qui arrivent, les jours qui rallongent, peut-être moins d’appétit qu’en hiver ?

      Si tu trouves que tu as vraiment très très peu d’appétit et que ce n’est vraiment pas habituel, ça peut être un signal d’alarme de certaines pathologies (physiques ou psychologiques).

      Exception faite des personnes qui ont un IMC très en dessous des normales, je pense qu’il ne faut mieux pas se forcer à manger.

      Mais comme dit Obélix, quand l’appétit va, tout va !

  3. a écrit

    Merci Elise pour ta réponse.

    L’appétit est revenu ce midi et ce soir (je n’ai pas fais de goûter donc ceci explique cela). Je ne vais pas me forcer de toute façon tu as raison.

    Un léger stress peut aussi expliquer la perte d’appétit je pense …. c’est mon cas en ce moment. Dans deux semaines cela sera passé avec mes derniers examens, merci encore :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *