Culotte de cheval et lipo’

Dans cet article, j’essaie de répondre au message que m’a envoyé Sandrine. Le thème principal : la lutte contre la culotte de cheval. N’hésitez-pas à nous laisser vos suggestions dans la partie commentaires !

« Bonjour Elise,

Je me présente : je m’appelle Sandrine, j’ai 30 ans et je fais 57 kg pour 1m62. Intérimaire dans l’administratif donc travail de bureau -pas de métier très physique.

Je souhaite perdre 5 kg. Pour cela je veux me remettre au sport. Pour moi ce n’est pas un calvaire car j’adore cela, mais du fait d’un soucis de santé au genou lors d’un tournoi de badminton que je pratiquais 10 à 12h par semaine (rupture des ligaments croisés plus ménisque en 2007 + complication que j’ai appris 5 mois après, algodystrophie aieeee !!!), je ne récupèrerai plus jamais ma flexion totale de la jambe, mais suffisamment pour faire du fitness.

Inutile de te dire que mon corps de sportive a littéralement changé. Je suis consciente que je ne récupérerai plus le corps que j’avais, mais j’aimerais vraiment faire au mieux pour perdre graisse et cellulite.

Pour aller dans les confidences tellement je n’accepte plus mon image, je devais faire une liposuccion le 31 juillet 2013 de la culotte de cheval -intérieur des cuisses et genou… Mais j’ai annulé à la dernière minute, car je me suis dit que c’était une facilité et sans doute encore pire ! Car cela est irréversible et je n’ai pas trouvé de témoignages convaincants qui exprimaient des avis positifs quant à l’après-lipo quelques années plus tard… D’ailleurs, je voudrais avoir ton avis également sur le sujet.

Je souhaite donc perdre et j’aimerais savoir ce que tu me conseilles. Je veux me tonifier et gommer cette culotte de cheval qui me gâche la vie !

Afin de me faire un petit programme efficace, je compte faire du vélo elliptique en mode interval training, du waterbike, zumba et renforcement musculaire avec gainage, mais pour optimiser les résultats je ne sais pas si je dois faire cardio + renforcement dans la même séance ?

J’aimerais également avoir des conseils niveau nutrition. J’ai une intolérance au lait de vache et gluten mais ayant une faiblesse pour le sucré, j’ai acheté des sachets Kot vanille et café. Ces derniers contiennent du lait écrémé mais bon, pas trop le choix pour tenir… Penses-tu que ces produits soient néfastes pour la santé ? »

Réponse

Sandrine,

• Au sujet de la lipo : tu as très bien fait d’annuler. Je suis même étonnée qu’un chirurgien ait accepté de te faire une lipo. J’imagine qu’avec 1m62 pour 57kg tu n’as pas une énorme culotte de cheval, mais plus des rondeurs gênantes par rapport à ton corps d’athlète d’avant. Certains médecins n’ont vraiment aucun scrupule à vendre coûte que coûte ce genre d’opérations pour pouvoir payer leur train de vie ou leur résidence secondaire…

Et général, je suis plutôt contre la liposuccion dans 99% des cas. Quand on fait la comparaison lipo vs. sport + nutrition, le choix est vite fait :

  Lipo   Sport + nutrition
   Prix • de 1500 à 4000 euros + 100 euros pour le panty compressif • pour 3 mois, de 0 à 150 euros (pour un abonnement dans une salle de gym chère à 50 euros par mois)
   Contraintes • intervention chirurgicale : il faut prendre une semaine de congé post-opération
• période post-opération : difficultés pour se déplacer, douleurs, hématomes, œdèmes, « sensations d’avoir été battue à mort » (je ne fais que rapporter ce qui se dit sur les forums !)
• porter le panty (collant compressif) jour et nuit pendant 3 semaines
• faire du sport sérieusement au moins 3 fois par semaine et s’y tenir
• effectuer un vrai rééquilibrage alimentaire
   Résultats visibles • premiers résultats visibles à la fin du 1er mois.
• résultats finaux apparaissent au bout de 3 à 4 mois. « C’est le temps nécessaire à la cicatrisation de la graisse, la disparition de l’œdème post-opératoire et à la rétraction de la peau. »
• résultats sensibles au bout de 2-3 semaines
• résultats visibles à 6 semaines
• résultats notables au bout de 3 mois

= La solution sport + nutrition est 10 fois moins chère et les résultats plus rapides ! (et en plus, transpirer et se donner à fond font certainement beaucoup moins mal que la convalescence de la lipo…)

Et tout cela sans même parler de l’après-lipo quelques années plus tard comme tu le mentionnes ! Mon opinion personnelle sur la lipo est donc : à éviter.

[Cela-dit, une petite minorité de femmes (les 1%) ont réellement une corpulence particulière. Par exemple, depuis l’adolescence, elles font du 36 en haut et du 44 en bas. Elles ne sont pas en surpoids (la lipo n’est pas conseillée pour les personnes en surpoids), mais leur silhouette les tracasse vraiment pour s’habiller. Dans ces cas là alors, (graisse hyper-localisée depuis l’adolescence, mais poids normal d’un point de vue Indice de Masse Corporelle et souffrance morale à cause de leur silhouette), la lipo me paraît une solution envisageable si ces femmes sont bien conscientes des risques et des conséquences et pensent que l’opération leur permettra de se sentir mieux dans leur peau.]

Localisation des graisses chez la femme, dessin issu du livre de Frédérique DelavierAu sujet de la culotte de cheval : c’est clair que c’est la première zone où l’on a tendance à stocker. Du coup, c’est aussi la dernière zone à s’affiner quand on perd, ce qui peut être frustrant.

Le cocktail explosif pour développer plus de culotte de cheval, c’est le couple alimentation sucrée + sédentarité. Le remède pour lutter contre sera par conséquent exactement l’inverse : alimentation réduite en sucre et activité physique. Bon d’accord, là je ne t’apprends rien ! Mais c’est clair que c’est dans la pratique que tout se joue.

Voici quelques idées concrètes :
▪ Noter pendant plusieurs jours tout ce que tu manges et à quelle heure pour avoir une vue d’ensemble de tes habitudes alimentaires. Les nutritionnistes appellent cela un semainier ou une enquête alimentaire. Ensuite, tu évalues toi-même ton semainier et tu notes ce que tu peux améliorer.

▪ Si tu trouves cela trop lourd à faire et que tu es plus branchée smartphone, tu peux utiliser ton smartphone pour photographier tout ce que tu manges sur quelques jours (en utilisant une appli comme The Eatery). Quelque soit la méthode, le but de l’exercice est de prendre conscience de ce que tu manges réellement, faire un « reality check ». J’imagine que quand tu faisais 10 à 12h de badminton par semaine, tes apports caloriques étaient facilement ‘no-limit’ et que tu pouvais te permettre les écarts que tu voulais. Il va falloir essayer d’adapter tes apports alimentaires à ton niveau d’activité.

▪ Au delà des desserts, réduire aussi tous les produits sucrés qui ne se présentent pas comme des desserts mais sont tout de même sucrés : yaourts aux fruits, jus de fruit, biscuits petit déjeuner, confitures, ketchup, sauces préparées, fruits secs etc. En gros, regarder les valeurs nutritionnelles des étiquettes et éviter les aliments qui ont plus de 8 grammes de sucre pour 100 g, exception faite des fruits frais que tu peux continuer à manger (1-3 portions par jour).

▪ Je pourrais encore lister d’autres généralités au niveau nutrition (réduire les produits salés, augmenter les légumes verts, boire plus d’eau etc.), mais tu peux trouver des conseils plus imagés tirés de magazines santé/nutrition sur ma page Tumblr.)

• Au sujet de ta routine sportive : si tu as le feu vert de ton docteur pour pouvoir faire les types de cours que tu souhaites, je pense que la partie sportive sera facile. Étant donné que tu as pratiqué le badminton en compétition, tu sais ce que signifie effort intense, donc tu sauras te dépenser suffisamment pour que tes séances soient efficaces. Il s’agira juste de retrouver une certaine régularité et de rester à l’écoute de tes sensations au niveau de ton genou.

Oui, tu peux faire cardio et renforcement musculaire dans la même séance, avec de préférence le renforcement musculaire avant le cardio (mais après un petit échauffement bien sûr). Ou alterner intervalles de renforcement musculaire et de cardio (par exemple, un exercice de renforcement, suivi immédiatement d’une minute de cardio, le tout sans pause).

• Au sujet des -5kg : il faudrait aussi que tu évalues tes progrès en mesurant tes mensurations (tour de taille, tour de hanches, tour de cuisses). Cela te permettra d’avoir une autre référence hormis la balance. Bien prendre en compte que tes mensurations et le poids sur la balance peuvent aussi varier en fonction de facteurs tels que la quantité de sel que tu manges ou ton cycle menstruel. Les meilleurs indicateurs de tes progrès sont ton feeling personnel, ton humeur/ton moral et tes paires de jeans. Il est possible que tu ne perdes pas ces 5 kg mais que tu t’affines considérablement quand même.

• Au sujet des envies de sucré et des sachets protéinés de la marque « Kot ». Je n’ai jamais essayé les produits Kot mais je me rappelle avoir lu l’article suivant (les produits Kot sont cités dans le dernier paragraphe) dans un numéro de Top Santé. Tu trouveras aussi quelques conseils (mais perso leur exercice de sophrologie n’est pas trop mon truc, et les yaourts de soja sont selon moi à consommer avec modération car ils auraient des effets oestrogéniques d’après certaines études.) :

Article Top Santé

Je suis allée voir sur le site de Kot la composition de leurs produits. Au niveau valeurs nutritionnelles, ils sont effectivement adaptés car pauvres en sucre par rapport à d’autres produits du même genre (les produits Gerlinéa par exemple sont trop sucrés).

Au niveau ingrédients par contre, ils contiennent des édulcorants polyols (trucs en « ol » dans les listes d’ingrédients). Pourquoi pas de temps en temps, 1-2 fois par semaine par exemple si ton corps supporte ce genre d’ingrédients, mais pas systématiquement tous les jours. Tout dépend aussi de ton niveau d’intolérance au lait. Si tu es très intolérante et que tu notes des effets après avoir ingurgité une petite quantité, mieux vaut effectivement éviter. Mais si tu as une envie irrésistible de dessert et que tu es dans une situation où tu n’as pas trop de choix, alors oui, autant prendre un pudding Kot plutôt qu’un McFlurry à McDo.

Tu peux aussi te cuisiner tes propres crèmes desserts en utilisant du lait d’amandes non-sucré et de la stevia (un exemple de recette). Pour plus d’idées, n’hésite-pas à jeter un coup d’oeuil à la catégorie de recettes « sans gluten sans lait » du blog.

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Commentaires

  1. Roxane a écrit

    Je me suis dit la même chose que les deux demoiselles au dessus: quelle précision! On sent que tu as bien reflechi, bien documenté le sujet, ta réponse fait très pro c’est top! J’ai encore appris des choses grâce à toi :)

    • a écrit

      Merci Roxane! Oui je n’ai pas écrit cette réponse en 5 minutes, ça m’a pris pas mal de temps en fait pour la pondre :) une vraie rédaction-argumentation à écrire, un peu comme au collège :)

  2. mylenemicoton a écrit

    Encore bravo pour ta réponse, ton message est honnête, documenté comme il se doit et plein de bon sens dans les nuances.
    Je suis aussi d’accord avec ta réponse sur les cas extrêmes et plus rares, ayant eu ma propre sœur qui a subi une lipo dans la série morphologie particulière (40 pour le haut 46 pour les hanches)
    donc lipo = à éviter car geste pas anodin chirurgicalement surtout lorsqu’il y a complications, à long terme perte des résultats, si pas de suivi alimentaire et sportif. Privilégions sport et nutrition appropriés pour corriger nos imperfections.

    • a écrit

      Oui pour certaines femmes avec des morphologies particulières par rapport à la moyenne, je comprends qu’elles y aient recours malgré les risques. Mais c’est clair que lipo ou pas lipo, la partie nutrition et activité physique ne peut au fond jamais être ignorée.

  3. bubble a écrit

    merci pour ton analyse
    effectivement le duo sport et alimentation rééquilibrée est la solution gagnante pour s’affiner et aussi pour reprendre confiance en soi car le sport à des vertus antistress que la lipo n’a pas…
    de bonnes habitudes donc à se reprendre en main

  4. Eva a écrit

    Bonjour
    J’ai une question du même type.
    Comment perdre ses « poignées d’amour » ??
    Je fais du sport, je fais attention à ce que je mange mais je n’arrive pas à réduire cette zone !
    Merci

  5. Julie a écrit

    Bonjour Elise,

    J’ai perdu du poids en changeant mon alimentation et en me mettant à la course à pieds. Je mange sain et je me sens très bien. La course à pieds me fait du bien. J’ai atteint un poids correct (53.7kg pour 1.58m). Je me sens mieux. Mais avant de perdre du poids, j’avais de la culotte de cheval et les fesses mollassonnes. Bien entendu, j’ai moins de culotte de cheval mais il m’en reste tout de même un peu.
    Quant à mes fesses, elles se sont un peu musclées mais j’ai l’impression que le muscle du haut de la fesse se développe, mais le dessous de la fesse, rien. Ca donne un aspect flasque, peu gracieux: j’ai la fesse qui tombe pour aller droit au but! (Désolée, je ne maîtrise pas le vocabulaire de l’anatomie ni les termes spécifiques!)
    Je me doute qu’il faut que je fasse du renforcement musculaire, mais déjà je m’ennuie un peu quand j’en fais, et surtout je ne sais pas quoi faire! J’ai lu tes articles et j’ai vu que tu disais qu’il ne servait à rien de travailler qu’une seule partie du coup (du style exercices au sol).
    Je pars à l’étranger pour 6 mois donc je ne vais pas investir dans des poids que je ne pourrais pas amener avec moi.
    Je pense mal faire les squats car j’ai mal qu’aux cuisses lorsque je les fais et en plus, j’ai des problèmes de genoux.
    Quels exercices me conseillerais tu pour me muscler le « bas de la fesse » et faire disparaître cette satanée culotte de cheval! C’est vraiment un gros complexe :(

    Merci pour ton blog en tout cas, je prends plaisir à le lire régulièrement.
    Très bonne continuation!

  6. adele a écrit

    j’ai fait cette erreur appelée liposuccion à 23 ans : j’ai des trous dans la peau, deux petites bosses très bizares là où il y a avait une culotte de cheval tout à fait naturelle (oui j’ai porté le panty et fait le régime, et les massages ), j’ai mis toutes mes économies à l’époque. Le dernier détail gore : je me suis réveillée pendant l’opération.

    Avec plus de maturité je considère que je me suis infligée une mutilation grave, une violence auto- infligée, je regrette que la société ait réussi à me convaincre que je devais me faire enfoncer des tubes dans la peau pour correspondre à des images qui n’ont pas de sens. Je déconseille vivement. Apprenez à aimer votre corps, mangez ce qui lui fait du bien, faites du sport parce-qu’il en a besoin, apprenez à accepter ce qui ne peux pas changer, ce n’est pas grave.
    Bon courage les filles, je pense qu’il faut s’aimer suffisamment pour ne pas se torturer.

  7. Cécile a écrit

    Encore un article très intéressant pour moi car il me concerne aussi, je fais du sport depuis plus de 6 mois, combiné à une alimentation revue pour le sport et la perte de poids et je commence à voir les résultats sur la culotte de cheval (zone très persistante), il faut savoir rester patiente dans certaines situations, alors je continue mes training pour la voir disparaître !! Je vous dirai si j’ai réussi lol

  8. Caroline a écrit

    Bonjour,

    Cet article est vraiment complet et très précis, un grand bravo.
    Je suis depuis quelques mois dans l’incertitude, je ne sais pas si le sport intensif ou un lipo viendra à bout de ma culotte de cheval.
    Je suis une femme mince, 1m57 pour 46 kilos et j’ai pourtant une culotte de cheval très disgracieuse. Il m’est impossible de porter des pantalons serrés, shorts ou maillot de bain….
    Je dois ruser en portant des pantalons droits, 2 tailles au dessus afin de ne pas marquer mes hanches. Si je porte un slim, j’ai obligatoirement un haut long jusqu’aux hanches.
    Quand les beaux jours arrivent, c’est une véritable souffrance pour m’habiller.

    • a écrit

      Bonjour Caroline,
      Je te déconseille la lipo, lis par exemple le commentaire d’Adèle un peu plus haut, qui regrette de s’être infligée une telle opération.
      Si tu fais déjà le maximum au niveau alimentation saine, mais que tu aimerais mettre un budget dans quelque chose, je te conseillerais plutôt des techniques moins invasives que la lipo (cryothérapie par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *